Retour

Mairie de Lac-Mégantic : 3 candidats, 3 visions

Trois candidats se font la lutte pour un premier mandat de quatre ans depuis la tragédie ferroviaire du 6 juillet 2013. Le 5 novembre prochain, les citoyens de Lac-Mégantic devront choisir entre Ronald Martel, Julie Morin et Jean St-Pierre, qui ont des visions bien différentes du futur de leur ville.

La campagne électorale semble intéresser la population de Lac-Mégantic. Déjà 20 % des citoyens ont voté lors du scrutin par anticipation dimanche dernier. Le dossier de la voie de contournement ferroviaire a été au coeur des discussions et des préoccupations des Méganticois au cours des quatre dernières années. S'il est toujours d'actualité, la vie municipale, c'est aussi beaucoup d'autres choses.

Ronald Martel : Lac-Mégantic comme leader dans la région

Ronald Martel est journaliste pigiste à la Tribune depuis vingt ans. Il est actuellement en congé sabbatique. Le candidat a aussi sa boîte de communications et a notamment été agent de communication pour le Centre intégré de santé et de services sociaux du Granit.

« J'ai fait le tour de plusieurs questions, je suis au courant de plusieurs dossiers et j'ai fait l'apprentissage du conseil municipal. J'ai fait connaitre ma région et ma ville pendant vingt ans, je veux travailler à un autre niveau, pour que ça porte davantage. Je dois faire quelque chose pour ma communauté », affirme-t-il.

Ronald Martel espère accélérer la reconstruction du centre-ville. « On regarde le centre-ville, il ne s'est pas construit grand-chose, il faut qu'il se passe quelque chose. On va être courageux. C'est sûr que la dette on veut qu'éventuellement elle baisse. On aurait une dette d'environ 40 millions si on considère la tragédie, si on ne la considère pas, ce serait 28 millions. »

Le candidat veut mettre sur pied un comité régional officiel pour parler de grands projets. « On veut s'entendre avec nos voisins. Lac-Mégantic dans le passé a eu une certaine arrogance qui a obligé les municipalités autour à réagir difficilement. Je veux continuer à être une ville-centre forte et solide, mais dans une région forte et solide. », dit-il.

Ronald Martel souhaite aussi mieux encadrer les suites pour l'ex scierie de Billots Sélect. Il a également bon espoir de ramener les Chevaliers de Colomb au centre-ville de Lac-Mégantic.

Julie Morin : attirer des familles

Julie Morin est conseillère sortante, impliquée dans les organismes communautaires et mère de trois enfants. Elle a travaillé entre autres pour la firme Cossette avant de venir s'installer à Lac-Mégantic avec son conjoint.

« Lac-Mégantic a besoin d'avoir une leader positive. Je pense que j'ai prouvé que je pouvais rassembler les gens, faire des projets et avoir des résultats qui sont concrets. Je pense que je représente le dynamisme. Je peux être une très bonne ambassadrice à l'extérieur de la ville pour attirer des gens. », soutient-elle.

« Notre Centre Magnétique est appelé à prendre de l'expansion. Actuellement, 100 % des locaux sont occupés. On a plein de jeunes entrepreneurs qui veulent venir à Lac-Mégantic et participer à la relance. Ce projet-là est déjà en branle et ne demande qu'à grandir. »

L'endettement élevé préoccupe aussi Julie Morin, qui estime que des choix ambitieux devront être pris. « Il faut revoir les processus, réorganiser les services de la ville. Pour moi, il faut attirer des gens pour qu'on soit plus nombreux à payer ces taxes-là. On a des grosses infrastructures, mais on a besoin de ces infrastructures. Il faut crier haut et fort à quel point c'est beau chez nous, à quel point on a une qualité de vie et des emplois. », estime la candidate.

Jean St-Pierre : revoir la gestion des finances publiques

Jean St-Pierre est chasseur de têtes. Il a travaillé dans le redressement d'entreprises. Il a cofondé le Parti Vision Citoyen Mégantic.

« À l'âge de trente ans, je gérais trois entreprises avec un chiffre d'affaires de 40 millions de dollars, 400 employés. À Lac-Mégantic, on a un sérieux problème de dette, on est une des villes les plus mal gérées au Québec, il faut mettre ça sur le sens des planches. », croit le candidat.

« Ça se règle simplement en gérant de façon différente. On a une excellente équipe de cols bleus, des gens compétents. On paie trop cher au niveau de la direction générale et des professionnels. Il y a des opportunités et des ajustements à faire. Si les autres villes sont capables de se gérer comme du monde, il n'y a pas de raison que Lac-Mégantic ne soit pas capable. », poursuit-il.

Jean St-Pierre estime aussi qu'il faut revoir la manière de faire pour accélérer la reconstruction du centre-ville. « On a pris deux ans pour faire une consultation qui a fait que toutes les forces vives ont quitté. On a nommé du bon monde au Bureau de reconstruction, mais sans connaissance du développement économique. »

Jean St-Pierre souhaite présenter un budget significativement inférieur au budget actuel.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine