Retour

Malgré l'échec du registre, la division persiste autour de Well Inc.

L'échec du registre sur l'emprunt de 26 M$ lié à Well Inc. ne signifie pas la fin de la réflexion, ni de l'opposition sur ce projet. Les conseillers qui ont critiqué le processus continuent à dénoncer le manque de consultation. Pendant ce temps, la Ville dit vouloir organiser des séances d'informations afin de mieux expliquer ses intentions aux Sherbrookois

Au cours de la semaine, 462 résidents ont signé un registre dans l'espoir de bloquer ce règlement d'emprunt. Au total , 8702 signatures étaient nécessaires afin de forcer la ville à réévaluer son projet ou à entamer un processus de référendum.

Les conseillers municipaux Pierre Avard et Pierre Tremblay se disent tout de même satisfaits de voir que plusieurs centaines de personnes ont pris la peine de se déplacer pour démontrer leurs inquiétudes vis-à-vis Well Inc.

« Certains vont trouver que 462 signatures, ce n'est pas beaucoup. Je pense toutefois que si on fait la comparaison avec d'autres règlements qui avaient lieu en même temps et qui n'ont obtenu aucune signature, 462 signatures, c'est un message qui est envoyé au maire et aux conseillers », croit Pierre Avard.

Pour le moment, un seul projet est évalué par la ville de Sherbrooke en raison d'une entente d'exclusivité avec un consortium formé de SherWeb, du Fonds immobilier FTQ et du Groupe Custeau. Et c'est là que le bât blesse, selon Pierre Tremblay.

« Il faut faire attention. Il faut s'assurer d'avoir le bon projet et pour en être sûr, il faut en avoir plusieurs. Ce que je propose, c'est d'en avoir quatre ou cinq afin de les soumettre à la population. De cette façon, les gens vont pouvoir s'approprier ce projet-là », croit-il.

Plus d'informations, promet la Ville

La ville de Sherbrooke promet maintenant de fournir plus d'informations aux Sherbrookois.

« C'est important pour les gens. Ils veulent en savoir un peu plus, on va leur en donner un peu plus. C'est correct. C'est un gros projet », souligne le maire Steve Lussier.

Si l'emprunt de 26 millions de dollars a été autorisé, cela ne signifie pas que la Ville utilisera assurément cet argent, car ce montant est lié à la proposition du consortium.

Avant tout, il faut que le conseil municipal étudie en détail ce projet de 70 millions de dollars. Les conseillers devront l'approuver ou le refuser d'ici le 15 février prochain.

Les dates et les lieux de ces rencontres d'informations seront annoncés lundi prochain.

Plus d'articles