Retour

Manque de financement chez Autism'aide Estrie, malgré les besoins

Faute de moyens, la spacieuse résidence Autism'aide à Sherbrooke accueille seulement neuf enfants à la fois, et ce, les samedis et dimanches. Pour l'instant, impossible d'ouvrir durant les jours de semaine.

« Il y a vraiment un manque de ressources, un manque d'aide. Des coupures dans les écoles, des coupures dans les services de santé et des services sociaux qui font qu'on est toujours laissés à nous-mêmes », déplore Hélène Quigley.

Elle-même est la maman d'un enfant autiste, Thomas, âgé de 14 ans. Elle apprécie d'un côté les moments de répit offerts les fins de semaine, les congés fériés et les congés scolaires de la maison Autism'aide Estrie. Mais de l'autre, elle est vite rattrapée par la réalité.

« Les parents doivent être très débrouillards. Ils doivent se trouver des ressources eux-mêmes, et souvent, les parents viennent à bout de souffle », confie-t-elle.

Des parents à bout de souffle, surtout lorsque leur enfant atteint l'âge de 21 ans et qu'il sort du milieu scolaire.

« Les participants qui étaient à temps plein dans le milieu scolaire se retrouvent avec aucun endroit où aller et chez nous, on a la maison qui est libre du lundi au vendredi qui pourrait accueillir cette clientèle-là », soutient la directrice générale d'Autism'aide Estrie, Christine Houde.

Il n'y a pas que les ressources qui subissent des compressions budgétaires.

D'autant plus que le temps passé chez Autism'aide Estrie est une pause pour les parents, mais aussi pour les enfants, ajoute Hélène Quigley.

« C'est un répit pour lui aussi dans le sens que lui, quand il vient ici, il a du plaisir. C'est l'fun. Il y a des activités structurées parce que nous, on ne peut pas faire des activités avec lui tout le temps », mentionne-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine