Une cinquantaine de personnes ont participé à la marche en soutient à Yassine Aber, ce jeune athlète du Vert et Or refoulé à la frontière américaine la semaine dernière.

Ils devaient marcher dans les rues de la ville, mais le parcours a dû être modifié à cause des conditions météo. C'est donc autour du lac des Nations qu'ils se sont fait entendre. Plusieurs étudiants de l'Université de Sherbrooke y étaient, mais aussi des membres de la communauté musulmane.

Ces gens étaient présents pour dénoncer une situation qu'ils jugent discriminatoire. « Je lance juste un appel de support pour que les gens soient conscients que ça arrive, ça n'arrive pas juste aux autres, mais à des gens qu'on connaît. Ça arrive à des gens qui, malheureusement, n'ont rien fait », rappelle l'organisateur de la marche, le frère de Yassine, Samir Aber.

Parmi les marcheurs, certains qui ont vécu la même chose que Yassine dont Mamoun El Awad. Ce dernier a été refoulé aux frontières l'été dernier. « Ça ne s'est pas passé comme on le souhaitait. Dès qu'on a scanné nos passeports, il y a eu six agents qui ont entouré la voiture. On est resté assis pendant cinq heures. Un agent est finalement venu en nous disant que les interrogatoires commenceraient. Ils nous ont demandé si nous étions pratiquants, si nous allions à la mosquée, si nous connaissions des gens. »

À ce jour, M. El Ewad n'a jamais eu d'explications claires expliquant pourquoi on lui a refusé l'accès aux États-Unis. « Je pense qu'ils ont fait un gros diagnostic sur la ville de Sherbrooke et des jeunes de notre tranche d'âge. »

Le jeune homme espère pouvoir aller s'entraîner aux États-Unis, comme prévu, l'été prochain.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine