Retour

Mois de l'arbre : six arbres exceptionnels à découvrir à Sherbrooke

Vous passez peut-être près d'eux sans les voir vraiment. ICI Radio-Canada Estrie profite du Mois de l'arbre pour présenter six monuments vivants de Sherbrooke qui méritent qu'on s'y attarde.

Un texte de Guylaine Charette

Certains d'entre eux se font discrets, d'autres se donnent en spectacle, mais ils sont tous exceptionnels à leur manière. L'arboriculteur Gilles Bégin, qui oeuvre à la Ville de Sherbrooke depuis près de 30 ans, a sélectionné six témoins du temps qui passe, éloge d'une diversité biologique remarquable dont peuvent s'enorgueillir les citoyens de Sherbrooke.

Suivez leur piste!

Tulipier - à l'angle des rues Vimy et Durham, sur un terrain privé

Le tulipier qui se déploie à cet endroit se distingue par sa beauté et sa rareté. À Sherbrooke, cette espèce compte seulement quelques représentants.
Il peut atteindre jusqu'à 70 pieds. La forme des feuilles et des fleurs venant après la feuillaison rappelle celle des tulipes.

Érable à sucre - parc Racine

Cet arbre vénérable impressionne par le diamètre de son tronc et le déploiement de sa cime. Il est presque deux fois centenaire. L'érable à sucre est très répandu à Sherbrooke. Il évoque un passé très ancien. On peut presque dire que la ville s'est développée sur une ancienne érablière. Celui-ci constitue un repère instructif. Belle occasion de découvrir un petit parc sympathique et paisible à quelques pas de l'effervescence du centre-ville.

Pruche - parc Victoria

Le parc Victoria abrite des pruches majestueuses dont quelques spécimens sont quatre fois centenaires. Certains de ces arbres vivent isolés, d'autres forment des clans. Une superbe prucheraie aux abords de la rue Taché constitue certainement un joyau méconnu. Ces pruches sont situées dans une forêt ancienne qui accueille une faune particulière. Le polatouche notamment, communément appelé écureuil volant, y a trouvé refuge. Des sentiers informels vous mènent à travers ces bois.

Catalpa - rue William, angle Bank sur un terrain privé

Deux catalpas, à deux pas du Régiment des Sherbrooke Hussars, sur la rue William, valent le détour. Ce sont des jumeaux non identiques. Le couple est formé d'un catalpa à feuilles cordées et d'un catalpa commun. Le coup d'oeil est saisissant. Les longues grappes duveteuses se transformeront bientôt en fleurs, qui ressemblent, dans un cas, à celles de l'orchidée et, dans l'autre cas, à celles de l'iris blanc.

Merisier (bouleau jaune) - parc Victoria

Le bouleau jaune est un incontournable. L'arbre emblématique du Québec, couramment appelé « merisier », a joué un rôle de premier plan depuis l'arrivée des premiers colons à Sherbrooke. Son bois est résistant et facilement façonnable. Il fournit une matière première prisée pour les meubles, les planchers et le bois de chauffage. Il est aussi très beau avec son écorce dorée, qui s'effiloche en lanières frisées. Le spécimen photographié au parc Victoria est très âgé. Son écorce a perdu de sa brillance, mais il a gagné en plénitude.

Amélanchier glabre - parc Bureau

C'est un arbre plutôt discret, devenu rare à Sherbrooke. De beaux spécimens poussent aux abords de l'aire de jeux du parc Bureau, vestiges d'une forêt ancienne qui a perdu du terrain au fil du développement urbain. L'amélanchier est un arbre indigène qui produit un fruit juteux et sucré dont raffolent les oiseaux.

Plus d'articles

Commentaires