Retour

Moisson Estrie lance un projet de repas du midi dans une école de Sherbrooke

Après avoir appris que des élèves d'une école du secteur est de Sherbrooke « n'avaient qu'une galette de riz » pour le dîner, la directrice de Moisson Estrie, Geneviève Côté, a eu l'idée de mettre sur pied un service de soupe destinée à ces enfants. 

Un texte de Geneviève Proulx

Une fois par semaine, et ce, dès mercredi prochain, Moisson Estrie offrira à la centaine d'élèves dîneurs une soupe remplie de légumes et de viande à cette école. Des parents seront invités à venir la servir aux enfants. 

« On est encore au stade de projet. Avec le beau projet de récupération de viande dans les épiceries, certaines journées, on se casse la tête pour transformer la nourriture recueillie. On contacte des organismes pour leur offrir et on cherche des moyens pour la distribuer. En discutant avec un directeur d'école, il m'a dit que c'était un non-sens que des élèves de son école ne mangeaient pas à leur faim et qu'il y ait autant de nourriture qui soit jetée. C'est notre prochaine bataille, le gaspillage alimentaire au profit des personnes dans le besoin », explique la directrice générale de Moisson Estrie, Geneviève Côté. 

L'idée est d'aller plus loin que de remplir les bedons des enfants. « C'est un projet rassembleur. Les organismes affiliés à cette école seront aussi de la partie et ça leur permettra d'entrer en contact avec les parents qui viendront bénévolement servir la soupe. Le principe de la soupe est une défaite en soi, et permet aux gens de se rassembler au sein de l'école », explique-t-elle. 

Le projet pourrait être entendu dans d'autres écoles. Les gens intéressés à s'impliquer peuvent communiquer directement à Moisson Estrie en remplissant un formulaire disponible sur le site de l'organisme.

Projet de récupération de viande : au-delà des attentes!

À l'heure actuelle, cinq épiceries participent au projet de récupération de viande. « On en reçoit au-delà de nos attentes. Nous sommes à la pleine capacité de notre entreposage. Nous ne pouvons donc pas ajouter de nouvelles épiceries au projet. Nous redistribuons la viande à d'autres organismes et ça leur permet de grandes économies. À La Chaudronnée, par exemple, ils peuvent payer des dettes qu'ils ont avec les économies engendrées avec les dons de viande », indique-t-elle.

La viande offerte doit être transformée pour être ensuite donnée aux gens dans le besoin. La Chaudronnée, L'Armée du Salut, Sercovie, plusieurs banques alimentaires de l'Estrie reçoivent des dons de viande de Moisson Estrie.

À écouter : l'entrevue de Geneviève Côté, directrice générale de Moisson Estrie, à l'émission C'est pas trop tôt en Estrie

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine