Retour

Montérégie : les ambulanciers syndiqués à la CSN entrent en grève

Les ambulanciers et répartiteurs médicaux d'urgence syndiqués à la CSN de la Montérégie ont débrayé à leur tour, samedi. Ils se sont joints au mouvement de grève lancé par leurs collègues de Montréal, de Laval, d'Estrie, de Charlevoix, de Québec et de plusieurs autres régions de la province.

Le président du syndicat, Gaétan Dutil, est convaincu que la grève est la seule issue pour se faire entendre et trouver un terrain d'entente pour le renouvellement des conventions collectives.

Il rappelle que le ministre de la Santé et des services sociaux, Gaétan Barette, s'est retiré des négociations pour en confier la responsabilité aux entreprises privées et aux coopératives.

Parmi les revendications figurent la hausse des salaires, la bonification du régime de retraite, de même que l'abolition des horaires de faction, qui nécessitent une disponibilité en tout temps.

Les enjeux normatifs sont réglés avec la Corporation des services d'ambulance du Québec, mais de nombreux points sont toujours en litige.

« Les augmentations de salaire, la bonification du régime de retraite, la surcharge de travail que les ambulanciers ont sur les épaules depuis des années et les horaires de faction... nous n'avons même pas reçu d'offre formelle. Ces horaires de faction ont été instaurés en 1985 temporairement et 32 ans plus tard on a encore ces horaires-là. C'est inadéquat », affirme Gaétan Dutil.

Les négociations sont présentement au point mort. La CSN représente plus de 550 ambulanciers en Montérégie et 3600 ambulanciers à travers la province.

Les services essentiels continuent d'être assurés en Montérégie, tandis que leurs moyens de pression sont principalement de nature administrative. Ils concernent par exemple la rédaction de certains formulaires, le nettoyage extérieur des ambulances et le respect du protocole de communication radio.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine