Retour

Murale du parc Victoria : « Je ne voyais pas quelque chose de sexiste! » -Luc Fortin, ministre de la Culture

Les modifications exigées par la Ville de Sherbrooke à la controversée murale du parc Victoria ont fait réagir le ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, lundi matin.

La murale d'Olivier Bonnard est inspirée de l'oeuvre La Danse de Henri Matisse. Au départ, elle représentait deux femmes nues qui sont en suspens dans les airs avec des instruments de musique qui cachent leur pubis. Après discussion avec la Ville, on y a peint des robes pour cacher le corps des femmes. Cette murale, que des élus trouvaient sexiste, a été peinte en vue du Festival Bohémia qui a eu lieu le week-end dernier.

La conseillère municipale Hélène Dauphinais, qui jugeait l'oeuvre sexiste, mentionnait jeudi que la Ville n'avait pas pu donner son aval au croquis, comme le veut la politique en place.

« J'ai trouvé ça assez particulier ce qui s'est passé. [...] Il faut permettre à l'art d'être de l'art. Je n'y voyais pas quelque chose de sexiste. Ce n'est pas l'utilisation du corps d'une femme à des fins commerciales, mais à des fins artistiques. C'est ce qu'on fait depuis des siècles à travers le monde », a rappelé le ministre et député de Sherbrooke, Luc Fortin.

Le sujet risque d'amener son lot de discussions lors du conseil municipal de lundi soir. Le président du comité exécutif, Serge Paquin, croit que l'artiste « mérite des excuses ». « Je pense qu'il ne faut surtout pas devenir des censeurs de l'oeuvre publique. La liberté d'expression existe, particulièrement en art. Il y a un jugement à exercer, mais là je pense qu'on a poussé un peu loin le bouchon », avait dit le conseiller.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine