Retour

Nombre « jamais vu » d'encans agricoles au Québec

Deux cents fermes pourraient être démantelées au Québec d'ici le mois de mai, selon des encanteurs. Le nombre d'encans pour liquider de la machinerie agricole est d'ailleurs en croissance dans la province.

L'encanteur Luc Breton en a 15 séances à l'horaire au mois d'avril seulement. Du jamais vu, dit-il.

« Il faut que [les producteurs] fassent appel à quelqu'un quand ils sont rendus à l'abandon de leur ferme ou la vente. Je fais partie de ces gens-là », confie l'encanteur d'expérience.

Vendredi, c'était chez l'agriculteur de Warwick Denis Bilodeau que les acheteurs étaient à la recherche de bonnes affaires. Celui qui prendra bientôt se retraite avait une soixantaine de machines agricoles à liquider.

« On fait ça une fois dans notre vie et c'est aujourd'hui que ça se passe », a confié l'ancien vice-président régional de l'Union des producteurs agricoles (UPA).

Temps durs pour la relève 

La relève elle, se fait de plus en plus rare, et elle est souvent sans le sou.

« Très déçu. [Je suis] très déçu qu'il n'y ait pas plus de jeunes qui peuvent prendre la relève et quand même qu'ils voudraient la prendre, ils ne sont pas capables, car tout est trop dispendieux », confie un producteur d'expérience.

Un tracteur, par exemple, coûte entre 200 000 $ et 300 000 $. Pour de la machinerie, il faut s'attendre à payer de 50 000 $ à 100 000 $. « Il n'y a aucun jeune qui peut partir, aucun », plaide-t-il.

Pour un apprenti producteur, la seule façon de réussir en agriculture est d'acquérir la ferme de ses parents. « Ça se fait, mais il faut vraiment être chanceux ou avoir gagné à la loterie », dit une jeune relève.

Denis Bilodeau est conscient des difficultés de la relève et c'est pourquoi il a choisi de louer sa terre à six jeunes agriculteurs pour les grandes cultures comme le maïs et le soya, entre autres.

« Ça me procure un revenu tout en me permettant de me sentir encore chez moi. C'est un bout de détachement qu'on fait sur une base graduelle », dit-il. 

Et surtout, M. Bilodeau pourra commencer une retraite bien méritée. « Ça va commencer demain », lance-t-il en riant. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine