Retour

« Nous avons de quoi meubler quatre appartements, mais les familles sont toujours coincées en Jordanie. » - Paul McLean

Il y a un an presque jour pour jour on vous parlait de la famille McLean de l'arrondissement Lennoxville qui partait en Jordanie passer Noël avec des familles de réfugiés qu'elle parraine avec d'autres membres de la communauté. Treize mois plus tard, les quatre familles de réfugiés ne sont toujours pas arrivées au Canada. Pourtant ici tout est prêt pour les accueillir.

Quand Paul McLean et les gens des églises Hope Community et St James de Sherbrooke ont décidé de parrainer quatre familles de réfugiés, ils étaient loin de se douter que les délais seraient aussi longs pour les rapatrier ici. À pareille date l'an dernier, la famille McLean s'était rendue à Amman en Jordanie pour leur offrir un beau Noël.

« On pensait l'an dernier qu'ils seraient sur l'avion du retour avec nous. Treize mois se sont écoulés depuis que notre demande de parrainage a été acceptée. C'est dur pour nous, mais c'est encore plus difficile pour eux » , raconte M. McLean qui vient tout juste de rentrer d'Amman où sont coincés ces réfugiés.

Une visite à l'embassade Canadienne pendant son séjour à Amman n'a pas permis d'en savoir plus. « On ne peut pas nous donner de date mais on nous a dit qu'actuellement ils sont à traiter les demandes qui ont été acheminées en octobre 2015 alors on espère être les prochains » , explique Paul McLean.

Peu importe le temps qu'il faudra, la communauté des églises Hope community et St James sont prêtes à accueillir ces quatre familles. Tout y est pour meubler quatre logements.

« On a mis la main à la pâte pour ramasser des meubles, des matelas, de la vaisselle. On a même les balais et les moppes » , indique M. McLean en regardant tous ces articles entassés au premier étage de l'église de la rue Queen dans l'arrondissement Lennoxville.

En attendant, Paul McLean et son groupe prient pour que l'arrivée des réfugiés se concrétise le plus rapidement possible et mise sur le sentiment d'espérance qu'ils ont laissé en Jordanie pour leur donner confiance en l'avenir.

« Le dernier soir à Amman, les familles ont préparé un festin pour nous remercier. À un moment donné, j'ai regardé mon ami Steve King qui m'accompagnait et je lui ai dit : "Écoute!". Les femmes parlaient et riaient, les hommes avaient du plaisir et les enfants jouaient avec les jouets qu'on leur avait apportés. On s'est dit : "mission accomplie" », raconte M. McLean avec émotion.

Plus d'articles

Commentaires