Retour

Nouveau type de fraude par texto : une Sherbrookoise flouée de 2000 $

Une dame de Sherbrooke a appris, à ses dépens, que les fraudeurs rivalisent d'ingéniosité pour avoir accès aux informations bancaires des consommateurs. C'est en cliquant sur un texto reçu sur son cellulaire que son compte de banque a pu être ainsi dépouillé de 2000 $.

Habituellement, les fraudeurs utilisent un courriel d'hameçonnage pour obtenir les informations bancaires des gens. Dans ce cas, la dame (qui ne veut pas être identifiée) a reçu un texto où Bell Mobilité prétendait vouloir lui rembourser un montant de 28,97 $. « Je ne me suis pas méfiée. J'étais à un souper entre amis, c'est allé vite. J'ai cliqué sur le lien », raconte-t-elle.

Les fonds promis ont bien été déposés dans son compte de banque. Toutefois, ce que la victime ne savait pas, c'est que les fraudeurs avaient maintenant accès à toutes ses informations bancaires et pouvaient se servir allégrement. Aussi, les coordonnées de tous ses contacts étaient également disponibles pour les fraudeurs.

Le lendemain, une de ses amies a reçu un courriel l'informant que la dame flouée avait procédé à un virement bancaire par courriel de 2000 $. « Je me suis dit qu'elle s'était trompée de destinataire parce qu'elle ne me devait pas d'argent. Encore moins 2000 $! Je l'ai appelée pour l'informer, mais elle n'était pas du tout au courant et disait qu'elle n'avait pas ouvert son compte de banque de la journée », raconte l'amie en question, Maya Couture.

Inquiète, la victime est allée vérifier ce qu'il se passait sur son compte de banque. Effectivement, elle a bien vu qu'un transfert par courriel venait d'être effectué. « Mais le virement était en attente d'être accepté par mon amie », dit-elle.

Toutefois, en moins de dix minutes, le virement a finalement été accepté, mais pas par Maya Couture. Ce sont les fraudeurs qui ont empoché la somme d'argent.

Les banques concernées ont immédiatement été contactées et après enquête, la dame flouée sera remboursée.

De plus en plus commun

Pour le spécialiste en gouvernance et sécurité de l'information à l'Université de Sherbrooke, Marc-André Léger, les techniques de fraude se raffinent. « L'hameçonnage par courriel ce n'est pas nouveau. Ce qu'il l'est, c'est l'utilisation des SMS, des textos. C'est de plus en plus commun. C'est en augmentation constante parce que les gens s'y attendent moins, ils font moins attention. La fraude par courriel, ça ne fonctionne plus », dit-il.

Selon lui, en cliquant sur le lien du texto, un logiciel est allé chercher des informations sur les contacts et informations bancaires de la dame sur son téléphone intelligent. « Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'un téléphone intelligent, c'est un ordinateur très puissant dans lequel il y a beaucoup d'information. Ils sont entrés dans le téléphone et ont volé des informations. »

L'an dernier, selon les données de la GRC, il y a eu pour 500 millions de dollars de ce type de fraude au Canada.

Marc-André Léger

M. Léger rappelle qu'en aucun cas il ne faut cliquer sur ce genre de courriel ou de texto. « Mme Couture a fait la bonne chose. Elle n'a pas ouvert le courriel et a avisé la personne concernée. Il faut toujours s'assurer que les liens sont véritables avant de cliquer. »

Chez Desjardins, c'est un phénomène connu. « On tente de sensibiliser nos membres par nos réseaux sociaux, par exemple. Aussi, nous participons à une campagne de prévention qui a lieu en mars, pendant le Mois de la prévention de la fraude appelée jegardecapourmoi.com. On rappelle aux gens qu'il ne faut jamais cliquer sur de tels liens et de transférer le tout à protection@desjardins.com », rappelle la porte-parole de Desjardins, Valérie Lamarre.

Plus d'articles