Retour

Ouragan Matthew : « Tu es vivante, tu es vivante! » - Wilson St-Jean

Natif de Jérémie, en Haïti,  Wilson St-Jean a finalement obtenu des nouvelles de ses proches alors que l'ouragan Matthew a fait près de 900 morts là-bas. La petite ville du département de la Grand'Anse fait partie des endroits les plus touchés par l'ouragan Matthew.

Un reportage de Mélissa François

L'enseignant en éducation physique sherbrookois a poussé un soupir de soulagement lorsqu'il a finalement obtenu des nouvelles d'une de ses proches à Jérémie, sa soeur. La ville a été coupée du reste du monde pendant plusieurs jours.  « J'ai parlé avec ma soeur, elle s'est dit chanceuse d'être en vie », nous a-t-il expliqué.

En vie, mais elle est dorénavant sans toit, car sa résidence a été ravagée par les inondations et les coulées de boue. Et l'aide de la Croix-Rouge se fait encore attendre sur le terrain. « Présentement, ils n'ont pas vu la Croix-Rouge, elle vit à l'extérieur, à la rue. Je lui ai envoyé de l'argent », explique Wilson St-Jean.

En effet, selon l'ONG Care Haïti, quelque 80% des bâtiments de Jérémie, comptant environ 30 000 habitants, ont été rasés.

La maison d'accueil a tenu le coup

Depuis trois ans, Wilson Saint-Jean et Sarah Lazure-Gilbert  travaillent à la construction d'une maison de jeunes destinée au 12 à 18 ans de Jérémie afin de leur offrir un endroit où s'épanouir et apprendre un métier. La structure de la maison d'accueil qui avait été érigée a tenu le coup après le passage de la tempête tropicale, mais les pertes matérielles sont élevées.

« On est contents du travail de construction qu'on a fait, par contre tout le matériel que nous avions réussi à accumuler depuis le début du projet est rendu désuet suite aux pluies, à l'eau et à la boue » , a expliqué Sarah Lazure-Gilbert, administratrice du projet.

Le couple compte poursuivre le projet de construction de cette maison de jeunes en attendant, il met l'emphase sur l'aide à être acheminée. Wilson Saint-Jean invite la population sherbrookoise intéressée à venir en aide à sa soeur et à la communauté de Jérémie à le contacter.

« Les gens peuvent aussi continuer à nous aider par le site internet de la maison des jeunes », conclut Sarah Lazure-Gilbert.

Plus d'articles