Retour

Pacte fiscal : manifestation à Sherbrooke pour dénoncer la « complicité » du maire Sévigny 

Plus de 250 employés du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) ont manifesté jeudi midi à Sherbrooke afin de dénoncer le pacte fiscal signé à l'automne et envoyer un message clair au maire de Sherbrooke et président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), Bernard Sévigny. 

« Quand je lui ai parlé, il voulait faire ça dans le respect. Il va y avoir une loi, mais je vais faire ça dans le respect. Il y a un mot pour ça : "bullshit"! Comment est-ce qu'on peut être complice de voler les conditions de travail des employés municipaux et de parler de faire ça dans le respect? » a dénoncé le directeur québécois du SCFP, Marc Ranger. 

Dans le dernier pacte fiscal, Québec a imposé des compressions de plus de 1,2 milliard de dollars sur quatre ans aux villes, en échange de pouvoirs accrus dans leurs négociations avec leurs employés. 

Des tracts pour dénoncer la « fiabilité » du maire 

Jeudi dernier, le premier ministre Philippe Couillard a assuré qu'il ne s'agirait pas d'un pouvoir de décréter leurs conditions de travail, comme l'avait fait miroiter l'ancien ministre des Affaires municipales Pierre Moreau, mais les syndiqués ne décolèrent pas. 

Devant l'hôtel de ville de Sherbrooke, ils ont distribué des tracts disant que le maire de Sherbrooke n'était « pas fiable » et qu'il avait comme spécialité de « renier les ententes passées ». 

« Non seulement ça ne m'étonne, mais ça ne m'indispose pas. Je n'ai pas le sentiment que ça a une portée sur ce que j'ai à faire et sur ma façon de fonctionner », a réagi M. Sévigny à la vue de ces tracts. 

Selon le nouveau président de l'UMQ, élu il y a une semaine, le rapport de force entre les Villes et les employés est déséquilibré et il faut le rétablir.

« Qu'ils aient droit à une retraite la plus avantageuse possible, c'est ce qu'on veut, mais pas au détriment des payeurs de taxes, qui sont bien souvent des gens qui n'ont pas de régimes et on leur demande un effort de taxation additionnel pour renflouer les caisses de retraite », a-t-il ajouté. 

La manifestation des syndiqués s'est terminée devant l'hôtel de ville, après quoi ils se sont dirigés vers la rue Wellington pour encourager les commerçants locaux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine