Retour

Pas de commission d'enquête publique à Lac-Mégantic, réitère Marc Garneau

Le ministre fédéral des Transports Marc Garneau a une fois de plus fermé la porte jeudi à une commission d'enquête publique pour faire la lumière sur la tragédie de Lac-Megantic, une position endossée par la mairesse Julie Morin.

Même si une motion du Parti québécois réclamant une commission d'enquête publique a été adoptée mercredi matin à l'Assemblée nationale et qu'elle dit comprendre le besoin que ressentent certains citoyens de l'obtenir, la mairesse de Lac-Mégantic a réitéré jeudi que sa priorité demeurait la voie de contournement.

Sans préciser l'action qu'il compte entreprendre, le Nouveau Parti démocratique dit aussi vouloir augmenter la pression sur le gouvernement fédéral lundi.

Contrairement au Bureau de la sécurité des transports (BST), qui ne peut notamment pas obliger quelqu'un à répondre aux questions ou témoigner sous serment, une enquête publique se déroule devant un juge et les commissaires ont le pouvoir d'obliger des personnes à comparaître sous serment et à produire des documents.

Selon Bruce Campbell, qui prépare un livre sur la tragédie, plusieurs éléments non dévoilés dans le rapport du BST pourraient être mis au jour.

« Dans le rapport préliminaire l'équipage à une seule personne, c'était une des causes et ç'a été effacé dans le rapport final », a-t-il mentionné.

« Dans l'industrie, il y a beaucoup d'autoréglementation. L'industrie a beaucoup de pouvoirs. C'est quoi exactement la relation entre Transports Canada, l'industrie et les compagnies? Ce sont des questions qu'on doit se poser », résume-t-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine