L'été est une période creuse pour les banques alimentaires qui tentent de trouver des moyens afin de regarnir leurs tablettes. Certains organismes, comme Moisson Estrie, profitent d'ailleurs des vacances estivales pour lancer un appel à la générosité avec une campagne appelée La Faim des vacances.

C'est la première année que l'organisme sherbrookois participe à cette campagne qui a été mis sur pied par Moisson Montréal et Moisson Rive-Sud.

L'objectif est d'amasser de l'argent pour acheter des denrées non périssables. Pendant la saison des récoltes, des cultivateurs et des citoyens offrent généreusement des fruits et légumes à Moisson Estrie. Toutefois, les tablettes de denrées non périssables sont plutôt vides.

Pendant l'année scolaire, plusieurs programmes existent pour aider les familles dans le besoin par exemple les petits déjeuners offerts à l'école. Toutefois, au cours de l'été, malgré les demandes qui augmentent, il n'y a pas de programmes disponibles autres que les dépannages alimentaires.

Depuis la fin des classes, Moisson Estrie note une hausse de 30 demandes par jour de dépannage alimentaire. « La faim ne prend pas de vacances. Les besoins sont là toute l'année. Il faut être généreux. Faire un don en ligne de 10 ou 15 $, ça fait une belle différence quand on sait qu'un dollar donné à Moisson Estrie représente 15 $ de nourriture redistribuée », rappelle la directrice générale de Moisson Estrie, Geneviève Côté.

Chaque mois, Moisson Estrie vient en aide à 700 enfants dans le besoin.

Plus d'articles

Commentaires