Retour

Passer sans obtenir 60 % : des enseignants du collégial s'indignent

Plusieurs enseignants du niveau collégial dénoncent le fait que des élèves du secondaire puissent passer d'une année à l'autre sans avoir obtenu la note de 60 % aux différentes évaluations.

« Je trouve souvent que les étudiants deviennent presque des espèces de victimes d'un système qui les laisse passer », s'indigne Daniel Loiselle, enseignant de français au Cégep de Sherbrooke.

« Il arrive souvent que des étudiants soient inaptes à comprendre un texte. Ils lisent une phrase, ils peuvent comprendre chaque mot, mais ils ne comprennent pas le sens du texte », ajoute M. Loiselle.

Au Syndicat des enseignants du Cégep de Sherbrooke, on montre du doigt les compressions imposées par Québec.

« On est supposé d'offrir des appuis concrètement. Pour offrir des appuis, ça prend des ressources, ça prend du temps qu'on puisse dédier à ces étudiants-là et dans le système tel qu'il est présentement, avec toutes les coupures qu'on a eues, on a plus ces ressources-là », indique Steve McKay, le président du syndicat.

« Un garçon sur trois et une fille sur cinq au Québec n'ont aucun diplôme secondaire ni professionnel ni général, à l'âge de 20 ans », illustre Égide Royer, professeur titulaire associé et psychologue à la Faculté des sciences de l'éducation à l'Université Laval.

C'est évident qu'on a un problème majeur de réussite scolaire au Québec. Un des éléments les plus clairs, c'est que j'ai trop de jeunes qui commencent leur secondaire en traînant avec eux un retard scolaire et qui ne sont pas en mesure de le réussir.

Égide Royer, professeur titulaire associé et psychologue à la Faculté des sciences de l'éducation à l'Université Laval

« Quand on donne à un enfant ou un jeune le message que même s'il n'a pas réussi à atteindre les objectifs, on le fait quand même passer, il y a un mauvais message à mon avis. Ce que ça donne comme résultat, c'est que pour la première fois, le jeune arrive au cégep et apprend que c'est possible d'échouer », se désole Daniel Loiselle, enseignant de français au Cégep de Sherbrooke.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine