Retour

Phoslock au lac Bromont : la Ville dévoile les résultats des premières analyses

L'épandage de Phoslock dans le lac Bromont porte ses fruits, selon les résultats des premières analyses. Un bilan provisoire qui réjouit la Ville et les acteurs qui ont pris part au projet.

L'automne dernier, plus de 170 tonnes de ce produit australien ont été épandues dans le plan d'eau pour enrayer la prolifération d'algues bleu-vert.

Le Phoslock est composé d'argile et de lanthane, qui a pour fonction d'emprisonner le phosphore contenu dans le plan d'eau. Le phosphore contribue à nourrir les algues et du même coup à leur prolifération.

« Le Phoslock a été beaucoup documenté. Il y a déjà 200 lacs à travers le monde qui ont bénéficié de ce traitement et les résultats sont tous positifs », indique d'entrée de jeu la chargée de projet en biologie et environnement pour l'Association du lac Bromont, Élisabeth Groulx-Tellier.

« En ce moment, le phosphore est très bas selon les échantillonnages qu'on prend et semble diminuer, ce qui est un très bon signe. Aussi, au lac, on fait des suivis chaque jour. On constate qu'il n'y a pas d'inflorescence d'algues bleu-vert. Si on compare à des résultats d'années antérieures, on avait déjà des cyanobactéries sur le lac », ajoute-t-elle.

Des échantillons seront prélevés tous les mois dans le lac, sauf en hiver.

Si le Phoslock tient ses promesses, les algues bleu-vert devraient être complètement éliminées d'ici cinq ans.

Plus d'articles