Retour

Piquet de grève symbolique au Cégep de Sherbrooke

En cette Journée mondiale des enseignants, es enseignants du Cégep de Sherbrooke ont tenu un piquet de grève, lundi matin, pour démontrer leur « ras-le-bol face aux offres du gouvernement Couillard ».

Un texte de Geneviève Proulx

L'événement avait lieu de 8 h à 8 h 30. Un message a été envoyé aux étudiants leur demandant de ne pas franchir le piquet de grève. Ils pourront entrer dans le cégep à 8 h 30 au moment où les cours commencent.

Des actions similaires avaient lieu dans de nombreux cégeps de la province dont à Drummondville. 

La manifestation s'est, par la suite, déplacée devant les bureaux du député provincial de Sherbrooke, Luc Fortin. Des policiers étaient sur place pour assurer la bonne marche de la manifestation. 

Les membres du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke ont voté, le 9 septembre dernier, pour l'obtention d'un mandat de grève de six jours. On ignore pour le moment les dates d'un éventuel débrayage. Ils sont au nombre des 7000 employés du secteur public de l'Estrie à avoir voté pour cette grève.

« Samedi, nous étions 150 000 à marcher dans les rues de Montréal, aujourd'hui nous sommes en action dans notre cégep. Les demandes de recul patronales sont trop importantes, notamment pour les précaires, mais également pour l'ensemble du réseau collégial. Nous profitons de la Journée mondiale des enseignantes et des enseignants pour rappeler que les positions patronales dans la présente négociation auront des effets néfastes sur l'éducation si elles se concrétisent », explique Nicole Lefebvre, vice-présidente de la FNEEQ-CSN.

Les offres du gouvernement au secteur public se résument en un gel de salaire de deux ans suivi d'une augmentation de 1 % pour les trois années suivantes. « Ils demandent également de sabrer le régime de retraite sans justification puisque celui-ci est en excellente santé financière. » De son côté, le Front commun syndical réclame des augmentations de 13,5 % sur trois ans.

Ce dernier soutient qu'avant d'avoir recours à la grève, les employés du réseau public « entendent mettre tous les moyens en oeuvre afin de faire comprendre au gouvernement libéral qu'ils n'accepteront pas de telles conditions de travail. »

Plus d'articles

Commentaires