Retour

Plaidoyer pour que Québec reprenne la route 257

« Un fardeau fiscal insupportable », voilà ce qu'est devenue la route 257 aux yeux des cinq municipalités chargées de l'entretenir. Un fardeau fiscal aussi important que les nids-de-poule qui déciment maintenant la grande majorité de la route.

« Cette route-là est difficilement praticable autant sur l'aspect touristique que commercial. Les gens doivent ralentir beaucoup, être aux aguets pour véritablement ne pas endommager leur véhicule, mais aussi avoir des accidents », déplore le maire de La Patrie et représentant du Comité 257 Haut-Saint-François, Bruno Gobeil.

Ce comité a fait parvenir au ministère des Transports une demande de rétrocession, signée également par le préfet de la MRC du Haut-Saint-François, Robert Roy.

En 1993, dans le cadre d'une réforme du réseau routier, le gouvernement provincial a confié la responsabilité de la quasi-totalité de la route aux municipalités. Seule la section qui va des États-Unis jusqu'à La Patrie est sous la responsabilité de Québec.

Mais faute d'un soutien technique et financier adéquat, les municipalités concernées disent n'avoir jamais été en mesure d'entretenir cette route partiellement asphaltée et d'usage national. Au point où la mettre à niveau nécessiterait une hausse « astronomique » de leurs budgets.

Nids-de-poule financiers

Pour La Patrie, le budget de la voirie devrait doubler et passer de 160 000 $ à 320 000 $, et ce, pour les 20 prochaines années, estime le maire. Pour la Municipalité de Lingwick, poursuit-il, la remise à niveau de la route équivaudrait à 50 % de son budget annuel pour le même nombre d'années.

La route 257 permet d'accéder, entre autres, au parc du Mont-Mégantic, fréquenté par 110 000 personnes par année.

De l'aide de la MRC

Le député de Mégantic Ghislain Bolduc, reconnaît la problématique, mais sans être prêt à s'engager pour changer la situation.

« Il faut se rappeler que depuis 25 ans, s'ils avaient mis un peu d'argent tous les ans, peut-être qu'on en serait pas là. C'est facile aujourd'hui de dire que ça ne marche plus, que quelqu'un d'autre s'en charge », a-t-il commenté.

Le député soutient qu'un programme a été mis à la disposition des MRC pour les soutenir financièrement, mais le maire de La Patrie réfute les arguments avancés par le député de Mégantic.

Il indique que la route 257 est une route provinciale et que son entretien ne devrait pas relever des municipalités. La MRC des Sources a d'ailleurs fait la même demande, l'an dernier, à Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine