Retour

Politique d'affichage à Sherbrooke : deux poids, deux mesures, déplore Hélène Dauphinais

La conseillère municipale Hélène Dauphinais a sursauté vendredi en voyant sur les panneaux électroniques de la Ville de Sherbrooke une annonce sur la tenue de l'assemblée des membres du Parti québécois. Elle-même a été obligée de retirer ses annonces de rencontres citoyennes, jugées trop partisanes.

« Deux poids, deux mesures? [...] À vous de juger », a-t-elle écrit sur son compte Facebook, enjoignant une photo du panneau en question.

Pour le conseiller municipal et président de Destination Sherbrooke, Rémi Demers, ce genre d'annonce n'enfreint pas les règles. Son organisme envoie chaque mois au service des communications de la Ville la liste des événements qui génèrent 50 nuitées ou plus afin qu'ils puissent être affichés. C'est le cas de l'assemblée péquiste, qui devrait se traduire en quelque 300 nuitées. 

Statu quo sur la politique d'affichage

Un atelier de travail avait eu lieu suite à la plainte de Mme Dauphinais, qui considérait qu'elle était en droit d'annoncer ses rencontres citoyennes sur les panneaux de la Ville. C'est finalement le statu quo qui a été privilégié par les conseillers.

« On a d'autres moyens de faire [des annonces]. On a aussi des budgets en communications qu'on peut utiliser comme conseiller municipal. C'est un choix qu'on a fait au conseil municipal », souligne-t-il.

Il note également qu'il faut prendre en considération l'« envergure » de l'événement quand vient le temps d'afficher des annonces.

« Si on utilise les panneaux électroniques pour des activités de deux, trois ou huit personnes, ce n'est pas la même chose qu'une activité comme dans ce cas-ci qui va attirer environ 500 personnes », a-t-il conclu.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine