Retour

Possible grève aux Résidences Soleil de Granby

Les quelque 250 employés syndiqués de cinq Résidences Soleil, dont celle de Granby, seront en grève à partir du 17 juillet. Les autres résidences visées sont celles de Laval, Saint-Laurent, Mont-Saint-Hilaire et Pointe-aux-Trembles.

Les membres ont rejeté en bloc les dernières offres de l'employeur. C'est pourquoi il y aura grève à moins que la partie patronale fasse une offre jugée suffisante d'ici là.

La rémunération et la charge de travail sont au coeur des revendications du syndicat.

Ces travailleurs, membres de la section locale 106 du Syndicat des Teamsters, veulent réduire l'écart salarial qui les sépare des préposés aux bénéficiaires du secteur public. Cet écart est de 6 $ l'heure; ils voudraient le réduire à 3 $ l'heure.

Ils touchent un salaire « à peine plus élevé que le salaire minimum, malheureusement, et nous, on veut aller chercher beaucoup plus », a expliqué Stéphane Lacroix, directeur des communications et des affaires publiques au syndicat. Les salaires varient entre 14 et 15 $ l'heure.

Les services essentiels seraient assurés, même s'il s'agit de résidences privées. Les parties doivent alors s'entendre sur une liste de services essentiels à maintenir, et le Tribunal administratif du travail doit entériner le tout.

Une entente de principe quant au renouvellement de la convention collective était pourtant intervenue dans deux de ces résidences, à Boucherville et Pointe-aux-Trembles, au début du mois, mais elle a ensuite été rejetée par les travailleurs. De leur côté, les travailleurs et les travailleuses de la Résidence Soleil de Boucherville ont accepté à 74 % les offres patronales lors d’une assemblée syndicale qui a eu lieu en juin dernier. La grève est donc évitée dans cet établissement.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine