Retour

Possible grève nationale dans le transport scolaire

Réunis en assemblée générale à Drummondville lundi soir, des délégués de syndicat de chauffeurs d'autobus ont voté à 93 % en faveur d'une proposition de consultation de leurs assemblées générales respectives en vue d'une grève nationale à être déclenchée au printemps.

« S'il y a un message que le gouvernement doit retenir en lien avec ce vote, c'est que les conducteurs sont exaspérés de leurs mauvaises conditions de travail. Les promesses gouvernementales qui nous ont été faites n'ont jamais été respectées et l'amélioration de nos conditions de travail se fait toujours et encore attendre après plus de 20 ans de lutte. Nous avons donc décidé de prendre les grands moyens pour que le tout se règle, et ce, avant la prochaine élection provinciale », soutient le président du Secteur transport scolaire (STS) de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), Stephen P. Gauley.

Les syndiqués réclament la création d'enveloppes budgétaires bonifiées, dédiées et fermées afin de financer l'augmentation des salaires et une amélioration des conditions de travail.

Selon les données du syndicat, les salariés du transport scolaire touchent un taux horaire moyen de 17,86 $ l'heure - pour un revenu annuel moyen de 19 288 $ -, alors que d'autres reçoivent 12,07 $ l'heure.

« Nous traversons actuellement une crise marquée par une pénurie de main-d'œuvre et celle-ci est directement liée aux piètres conditions de travail offertes dans le secteur. La Fédération des transporteurs par autobus a reconnu la problématique et plusieurs employeurs ont validé la pénurie, les problèmes de recrutement et de rétention de la main-d'œuvre. Nous sommes à la croisée des chemins, ces travailleurs ont droit au respect et celui-ci passera par une amélioration de leurs conditions de travail », ajoute la vice-présidente de la FEESP, Stéphanie Gratton.

Un comité de travail a fixé un taux horaire minimal de référence à 19,14 $ l'heure en janvier 2015, ce qui représente actuellement un taux indexé de 20,02 $ à l'embauche.

Plus de 521 000 écoliers, soit un peu plus de 60 % de tous les élèves du primaire et du secondaire, montent à bord des autobus scolaires tous les jours.

Plus d'articles