Retour

Possible regain pour la recherche fondamentale, espère la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke

Le doyen de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke, le Dr Pierre Cossette, est rempli d'optimisme à la suite de l'élection du gouvernement libéral lundi. Il espère que l'attribution des fonds à la recherche prendra une nouvelle direction. Selon lui, la recherche fondamentale a été délaissée au cours des dernières années au profit de la recherche appliquée.

Un texte de Geneviève Proulx

La Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke reçoit, chaque année, environ 60 millions de dollars en subventions pour soutenir la recherche. Au cours des dix dernières années, le soutien du gouvernement fédéral a été passablement réduit et la part des entreprises privées a, quant à elle, augmenté.

L'impact s'est surtout fait sentir sur les sujets de recherche. La recherche fondamentale a écopé, mais la recherche appliquée en a profité. Le Dr Cossette espère que le gouvernement Trudeau rétablira un juste équilibre.

« Quand on cherche, on sait ce que l'on cherche et on n'est pas certain de ce qu'on va trouver. On a besoin de recherche fondamentale pour nourrir le pipeline, pour aller vers des applications. Ces applications ne sont pas toujours visibles à court terme. On a vraiment besoin des deux. On sentait qu'il y avait un déséquilibre qui se créait vers une recherche qui devait se commercialiser tout de suite », explique le Dr Cossette. 

Selon le doyen, le soutien à la recherche favorise autant le recrutement de professeurs que d'étudiants.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine