Retour

Poursuite de 620 000 $ contre le Village Québécois d'Antan

Le Village Québécois d'Antan de Drummondville est poursuivi pour 620 000 dollars. L'organisation a résilié son contrat avec des entreprises de Magog et de Québec responsables du projet Village invisible qui était à l'affiche cet été.

Son les responsables de l'attraction touristique drummondvilloise, le projet qui a coûté des centaines de milliers de dollars, n'a jamais donné les résultats escomptés. Le consortium de créateurs, notamment formé de l'entreprise Novom de Magog, a donc choisi de répliquer par une poursuite. La direction du Village Québécois d'Antan affirme pourtant avoir laissé toutes les chances possibles à ces entreprises de rectifier le tir.

« Les commentaires continuaient d'être négatifs en très grande majorité. 54 % des gens qui ont répondu à nos sondages cet été disent qu'ils ne recommanderaient pas l'expérience du Village invisible à leurs amis. Pour nous c'est une statistique qui est absolument inacceptable, c'est énorme », a expliqué le directeur des communications du Village Québécois d'Antan, Martin Champoux.

La Ville de Drummondville injecte environ 200 000 $ par année au Village Québécois d'Antan. Le maire Alexandre Cusson comprend la décision de l'organisation. « Moi comme citoyen et maire de la ville, j'ai assisté au Village invisible cet été et je dois dire que je suis reparti après vingt minutes. Il n'y a rien qui fonctionnait, je peux comprendre que le Village ait décidé de rompre cette entente-là et surtout de ne pas en assumer la totalité des coûts. Normalement on paie quand ça fonctionne », a-t-il affirmé.

L'avocat responsable de la poursuite n'a pas encore retourné l'appel logé par Radio-Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine