Retour

Pratique illégale de la médecine : Yves Charest condamné à 22 500 $ d'amende

Pour avoir pratiqué illégalement la médecine, le naturopathe Yves Charest a été condamné à payer 2500 $ pour chacun des neuf chefs d'accusation pour lesquels il était accusé. La peine a été prononcée au palais de justice de Sherbrooke mercredi matin.

L'homme avait reconnu sa culpabilité en décembre 2015 à neuf des 14 chefs d'accusation qui étaient portés contre lui.

Les faits reprochés à l'accusé se sont déroulés en 2014. À l'époque, Yves Charest avait eu comme patiente Patricia Niles qui est décédée d'un cancer de l'endomètre. Il lui avait suggéré des produits et des tests, ce qui a retardé l'opération proposée par les médecins. « Il utilisait un appareil électronique qu'il branchait aux chevilles, aux poignets et à la tête des patients. Cet appareil faisait, par la suite, un diagnostic et disait qu'il pouvait même guérir. Il utilisait aussi des produits naturels pour guérir certains problèmes de santé », explique l'enquêteur au Collège des médecins du Québec, Jean-Louis Granger.

C'est la soeur ainsi que l'oncologue de la victime qui avaient porté plainte auprès du Collège des médecins. Les accusations portées contre Yves Charest se basent sur l'enquête d'une fausse patiente envoyée par le Collège des médecins, qui a suivi quatre séances avec le naturopathe et qui prétendait être atteinte d'un cancer.

Le Collège des médecins recommandait une peine de 5000 $ par chef d'accusation. « Dernièrement, les tribunaux donnaient 5000 $ par chef. C'est donc un peu décevant compte tenu de la jurisprudence. J'espère qu'il arrêtera de pratiquer la médecine. Nous voulions une amende dissuasive pour qu'il cesse », explique M. Granger.

De son côté, la défense avait plaidé pour la peine minimale, soit 1500 $ par chef d'accusation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine