Retour

Près de 100 M$ nécessaires pour remettre les bâtiments à niveau à l'UdeS

Selon des données obtenues par Radio-Canada, 21 % des bâtiments de l'Université de Sherbrooke sont en mauvais ou en très mauvais état. Au total, 15 bâtiments obtiennent la note de D ou de E. Or, selon le vice-recteur au développement durable et aux relations gouvernementales de l'Université, Alain Webster, l'état du parc immobilier du campus sherbrookois est tout en bon état, même si des investissements de 98 millions sont nécessaires pour remettre le tout à niveau.

M. Webster voit là le résultat concret du désengagement de l'État dans ses universités. « Ça illustre le peu de financement de l'ensemble des universités depuis il y a très longtemps. Il y a un problème de désinvestissement dans les immobilisations. Le gouvernement a réduit de façon importante ce budget depuis plusieurs années, ce qui amène des problèmes d'entretien différés comme refaire la toiture, les blocs sanitaires, les fenêtres, la base, la structure même des bâtiments », dit-il.

À l'heure actuelle, l'établissement est aux prises avec un déficit d'entretien de 38 millions de dollars.

Selon M. Webster, le rapport qu'a obtenu Radio-Canada couvre à peu près le tiers des bâtiments. 

Ces travaux de 98 millions de dollars représentent 11 % de la valeur de remplacement des bâtiments. « Si nous avions construit ces bâtiments aujourd'hui, ça nous coûterait plus de 1 milliard de dollars. Le ministère nous dit qu'à 11 % nous sommes dans une fourchette qualifiée de satisfaisante, qui est entre 10 et 15 %. On a une cote C », explique le vice-recteur Alain Webster.

« Performance correcte »

Même si les chiffres peuvent paraître impressionnants, M. Webster soutient que l'état du parc immobilier est dans un état satisfaisant. « Globalement, on a des travaux importants à faire, mais dans l'ensemble du réseau, c'est une performance correcte grâce à un plan de directeur immobilier. Depuis une dizaine d'annes, on planifie les travaux qui sont à faire et on essaie de les prioriser », ajoute-t-il. 

Dernièrement, par exemple, des travaux importants ont été faits dans les laboratoires de chimie. « C'est extrêmement important, étant donné la nature des expériences qu'on y fait. On a fini aussi des travaux à la Faculté d'éducation, au pavillon J.S. Bourque, qui est le premier bâtiment de l'université, donc, le plus vieux. On y a mis pour 5 millions de dollars en travaux », donne en exemple M. Webster.

Des travaux importants devront être faits prochainement à l'École de musique et au pavillon A5 de la Faculté des lettres et sciences humaines.

Plus d'articles