Retour

Procès d'un policier de Magog accusé de voies de fait armées

L'agent de la Régie de police Memphrémagog Philippe Savage fait face à des accusations de conduite dangereuse avec son véhicule de patrouille et de voies de fait armées pour un incident qui s'est produit lors d'une intervention en avril 2015.

Les gestes reprochés au policier sont survenus dans le stationnement d'un commerce de la rue Sherbrooke à Magog.

Philippe Savage n'a pas été suspendu de ses fonctions. Il a plutôt été affecté à des tâches administratives après le dépôt des accusations en septembre 2015.

La Régie de police Memphrémagog a mené l'enquête sur son propre agent après en avoir reçu le mandat par le ministère de la Sécurité publique.

« C'est une procédure établie à la grandeur du Québec concernant les organisations policières. Lorsqu'un service de police est informé d'un acte qui pourrait être une allégation criminelle, elle doit aviser le ministère [de la Sécurité publique]. C'est le Ministère qui détermine qui doit compléter le dossier selon la nature des événements reprochés », explique le directeur de la Régie de police Memphrémagog, Guy Roy.

Sanctionné par le passé

En 2006, le sergent Savage avait été sanctionné par le comité de déontologie policière pour avoir divulgué des informations privilégiées, pour avoir tenté d'intimider un chauffeur de taxi et pour émission abusive de constats d'infraction.

Le procès de Philippe Savage se déroule jusqu'à mercredi au palais de justice de Sherbrooke. Le processus disciplinaire aura lieu à la fin des procédures judiciaires.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un pilote frôle le sol





Rabais de la semaine