Retour

Procès Lac-Mégantic : l'adjoint du coaccusé Jean Demaître témoigne

C'est le témoignage du directeur adjoint au transport de la MMA à Farnham Michael Horan qui a retenu l'attention en cette cinquième journée de procès sur la tragédie ferroviaire de 2013. Dans la nuit du 5 au 6 juillet 2013, il s'est rendu à Lac-Mégantic en compagnie de son supérieur Jean Demaître, l'un des trois accusés. L'objectif était d'aller constater les dégâts et d'assister les pompiers en leur fournissant de l'information sur les matières dangereuses transportées.

« On est allés parler quelques minutes avec le chef de pompier, par la suite un policier m’a demandé où était monsieur Harding. J'en avais aucune idée », a-t-il raconté.

Michael Horan s'est rendu à l'endroit où étaient immobilisées les locomotives afin d'y télécharger le contenu de la boîte noire.

Le témoignage de Michael Horan permet aux membres du jury d'en apprendre davantage sur le fonctionnement de l'entreprise et sur le transport ferroviaire en général.

À l'aide de photos, le témoin a décrit différentes parties d'un train, que ce soit les freins à air, les freins à main, le panneau de contrôle, etc.

Des documents retrouvés dans la locomotive 5017, comme des rapports d'inspection, ont aussi été présentés au jury et décrits par le témoin.

Une preuve volumineuse

Depuis le début du procès, la Poursuite a déposé de nombreux documents saisis par des policiers impliqués dans l'enquête. Les quatorze jurés ont maintenant en main trois cartables remplis de documentation qui leur sera utile tout au long du procès.

Mardi, la policière fouilleuse à la Sûreté du Québec, Nancy Laliberté a aussi raconté avoir pris part à la perquisition survenue dans les bureaux de la MMA à Farnham les 24 et 25 juillet 2013. Elle a notamment saisi des cartes de temps datées des 5 et 6 juillet 2013.

« Si je vous dis que les accusés font face à des accusations de négligence criminelle entre le 4 et le 6 juillet, avez-vous saisi les cartes de temps du 4 juillet? », a demandé l'avocat de Jean Demaître, Me Gaétan Bourassa. La policière n'avait pas de souvenir précis quant aux dates demandées par le responsable de la perquisition.

Des documents sur les systèmes de gestion de la sécurité, des courriels et même la boite à lunch appartenant à Thomas Harding ont aussi été saisis.

Le réseau informatique de la MMA coupé lors de la perquisition

Lorsque le policier de la division des technologies de la Sûreté du Québec Michel Dufour effectuait des copies de données informatiques sur un ordinateur de la MMA à Farnham, il a constaté qu'une connexion externe prenait le contrôle de l'ordinateur à distance.

« La souris s’est mise à bouger toute seule, j’ai immédiatement fermé la connexion. » Plus tard en soirée, le réseau informatique a cessé de fonctionner.

En contre-interrogatoire, Michel Dufour a expliqué avoir compris que quelqu'un à la MMA avait donné l'ordre de fermer le réseau. Le témoin a affirmé ne pas savoir d'où venait la commande.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine