Retour

Quand travailler dans un bureau de scrutin empêche de voter

Une citoyenne de Sherbrooke qui s'est inscrite pour travailler dans un bureau de scrutin le jour des élections ne pourra peut-être pas exercer son droit de vote le 5 novembre. La citoyenne a appris la nouvelle lors de sa formation, mercredi soir.

Mylène Chouinard s'est inscrite le 26 octobre sur le site Internet de la ville de Sherbrooke. En fin de journée dimanche, jour du vote par anticipation, elle a reçu l'appel de la ville lui demandant si elle était toujours intéressée à travailler. La rémunération pouvant aller jusqu'à 250 $, elle a accepté l'offre. Toutefois, elle a réalisé un peu plus tard qu'elle n'avait pas le temps de voter par anticipation.

Lors de sa formation, les responsables lui ont appris que si elle est affectée à un bureau de scrutin qui n'est pas le sien, elle ne pourra pas voter. Mylène Chouinard se dit perplexe et déçue de la situation et soutient que d'autres personnes qui ont suivi la formation ont aussi fait part de leur déception.

« Quand j'ai vu l'annonce de la ville, honnêtement, je ne me suis pas posé la question. Je trouve que ce serait bien un bureau de vote itinérant la journée du vote. Quelqu'un pourrait se déplacer et aller faire voter tous les gens qui travaillent et qui ne l'ont potentiellement pas su d'avance. Je trouve ça dommage de ne pas pouvoir exercer mon droit de vote », exprime-t-elle.

La présidente d'élection à Sherbrooke explique qu'il est impossible d'ajouter une façon de votation pour ces travailleurs. « On peut prévenir le coût jusqu'au vote par anticipation. Après, les gens ont un choix à faire entre travailler ou aller voter. Je comprends leur déception, mais il n'y a pas d'autres solutions », affirme Me Line Chabot.

Le fonctionnement est le même dans toutes les municipalités. La ville de Sherbrooke essaie autant que possible de faire travailler les gens dans leur bureau de scrutin pour qu'ils puissent aller voter. Mais parfois ce n'est pas possible.

La journée du scrutin, les employeurs doivent s'assurer que leurs employés disposent de quatre heures consécutives pour aller voter durant les heures du scrutin. Toutefois, cette règle ne s'applique pas au personnel électoral, selon Me Chabot.

Plus de 1000 personnes travailleront dans des bureaux de scrutin à Sherbrooke dimanche.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine