Retour

Quatre joueuses de l'Estrie en lice pour l'équipe canadienne de hockey U18

Quatre joueuses de hockey de l'Estrie s'envoleront vers Calgary dans une semaine pour participer au camp de l'équipe nationale féminine des moins de 18 ans.

Un texte de Charles Beaudoin

La gardienne Michelle Thibault, la défenseure Alexie Guay et les attaquantes Sarah-Jane Côté et Audrey-Anne Veillette tenteront d'obtenir une place sur l'équipe qui se présentera aux Championnats du monde des moins de 18 ans de hockey sur glace en janvier, en Russie.

« Je suis vraiment excitée, confie Sarah Jane Côté, qui a notamment évolué avec les Harfangs du Triolet. Depuis que je suis toute petite, on voit les olympiennes à la télé. C'est notre ligue nationale de hockey et c'est une première étape en cette direction. C'est une confirmation que je suis sur le droit chemin et que je dois continuer comme ça. »

« En grandissant, pendant mon hockey mineur, j'y pensais, mais rendu là, cest ''wow!''. Je suis près de mon but, donc je vais y aller à fond et garder une bonne attitude tout au long du camp. J'ai vraiment, vraiment hâte! », se réjouit Alexie Guay, qui disputera une troisième saison avec les Spartans de Stanstead à l'automne malgré ses 16 ans.

Le camp des moins de 18 ans rassemblera une quarantaine des meilleures joueuses au pays et se tiendra en même temps que le camp de l'équipe de développement, l'antichambre de la formation olympique. Une vingtaine de patineuses seront ensuite retenues pour notamment disputer trois rencontres préparatoires à Lake Placid, aux États-Unis, contre les Américaines.

Pour la Drummondvilloise Audrey-Anne Veillette, il s'agira de la deuxième année qu'elle fait partie du programme des moins de 18 ans. Si l'attaquante qui s'aligne également avec les Spartans a défendu les couleurs du Canada en janvier dernier en République Tchèque, elle n'y perçoit pas un énorme avantage.

« C'est certain que je ne tiens pas ça pour acquis, souligne-t-elle d'emblée. C'est vraiment une grosse équipe et si quelqu'un travaille plus fort que moi, elle sera prise avant moi, donc c'est sûr que je vais travailler aussi fort que l'an passé. »

Une alliée précieuse

Alexie Guay et Audrey-Anne Veillette peuvent toutefois compter sur une alliée de taille pour les préparer. Leur entraîneuse avec les Spartans, Sarah Vaillancourt, est elle-même une ancienne olympienne qui a remporté deux fois la médaille d'or, en 2006 et 2010.

« C'est vraiment un modèle pour moi, mentionne Alexie Guay. Tout son parcours est impressionnant et de l'avoir comme coach, c'est encore plus spécial, parce qu'elle a beaucoup de connaissance et qu'elle nous aide beaucoup. »

« Une des choses les plus importantes pour elle et son équipe, c'est que les joueuses doivent avoir une très bonne attitude. Même si les choses ne vont pas comme je le veux, je dois continuer à sourire et encourager et sur la glace je dois travailler fort », résume-t-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine