Retour

Quatre morts possiblement liées à la chaleur en Estrie

La canicule a possiblement fait quatre morts en 48 heures en Estrie, a signalé en fin de journée mardi la Direction de santé publique (DSP). De ces victimes, trois sont des personnes d'âge adulte aux prises avec des problèmes de maladie chronique. La quatrième est une personne âgée.

« On ne s'attendait pas nécessairement à avoir quatre cas. On a eu deux premiers cas de décès possiblement à la chaleur, et récemment, dans les dernières heures, on a appris qu'il y en avait deux de plus. On est un peu surpris et on espère que le rythme va se calmer », note Dre Mélissa Généreux, directrice de la Santé publique de l'Estrie, qui affirme suivre de très près la situation.

« On suit une multitude d'indicateurs et de données de santé pour vraiment être au courant pour savoir ce qu'il se passe parmi la population. On a une douzaine de cas qui nous ont été signalés à travers les urgences, soient des épuisements par la chaleur, ou des coups de chaleur », indique-t-elle.

D'ailleurs, devant cette vague de chaleur extrême qui doit sévir jusqu'à jeudi, autant la DSP que le CIUSSS de l'Estrie - CHUS disent prendre les grands moyens pour éviter le pire.

Les clientèles vulnérables se chiffrent à 9000 personnes sur le territoire. Elles sont gardées à l'oeil et les services de santé restent à l’affut des effets liés aux coups de chaleur. « Déjà pour la journée de samedi on voyait qu’il y avait une hausse des transports ambulanciers que ce qu’on connait habituellement », affirme-t-elle.

Redoubler d'effort

La Direction invite les milieux plus à risque à faire preuve d’encore plus de vigilance et surtout de prévention. Parmi ceux-ci : les camps de jour, les organisations sportives, les résidences pour personnes âgées et les centres de la petite enfance.

« On va redoubler d’efforts, on va mobiliser davantage nos ressources pour essayer de venir en aide et de repérer plus rapidement nos clientèles vulnérables pour leur offrir l’aide dont ils ont besoin », explique Mélissa Généreux.

Certaines personnes sont plus à risques de souffrir de la chaleur, notamment les personnes âgées, les personnes souffrant d’une maladie chronique ou avec des troubles de santé mentale et les jeunes enfants.

« Les équipes qui s’occupent des soins à domiciles vont faire davantage de relances téléphoniques ou peut-être même aller visiter les gens qu’on sait davantage vulnérables à la chaleur […] L’idée c’est de faire des contacts réguliers, quotidiennement, pour s’assurer qu’ils vont bien », clarifie la directrice.

Début de la saison des camps de jour

Pour un grand nombre d’enfants, le mois de juillet marque aussi le début des camps de jour. Des Jeux, des sports et de nombreuses activités en plein air seront au rendez-vous. Le CIUSSS y va de trois règles d’or pour jouer en toute tranquillité sans être incommodé.

L’hydratation toutes les 20 minutes reste la clé. « On parle de l’eau évidemment, mais on essaie de varier les liquides, de prendre de l’eau diluée avec du jus par exemple, avec une pincée de sel pour être sûr de remplacer le sel qu’on perd dans la sueur », ajoute la Dre.

Melissa Généreux conseille aussi de prévoir des pauses fréquentes et de modifier l’horaire pour déplacer les activités exigeantes physiquement en début de matinée ou en fin d’après-midi.  Aujourd’hui on doit adapter le moment de la sortie à l’extérieur, on doit adapter le type d’activité, l’intensité de l’activité, la fréquence à laquelle on invite les jeunes à boire de l’eau », conclut-elle.

Dernier précédent : 2010

Selon le CIUSSS, la dernière vague de chaleur similaire remonterait à 2010, où les mêmes critères de chaleur extrêmes avaient été atteints pendant cinq jours consécutifs durant sensiblement la même période.

Du 5 au 9 juillet 2010, le CIUSSS avait constaté plus de 30% des décès qu’en temps normal au Québec.

D’après le CIUSSS, la vague de chaleur actuelle durera jusqu’au 5 juillet prochain.

Plus d'articles