Retour

Que fait Moisson Estrie avec ses surplus de viande? 

À la suite du cri d'alarme du directeur d'une école primaire de l'est de Sherbrooke, Moisson Estrie servira la soupe à tous les élèves à compter de mercredi prochain. Certains enfants de l'établissement n'ont parfois qu'une galette de riz pour dîner.

Un texte de Jean Arel

Les congélateurs de Moisson Estrie débordent de viande et de légumes offerts par cinq épiceries de la région, et ce, même après avoir fourni des denrées à plusieurs organismes d'entraide dans la région.

« Il faut être créatif pour redistribuer cette nourriture-là parce que les organismes qu'on dessert ont leur capacité aussi d'entreposage », explique la directrice générale de Moisson Estrie, Geneviève Côté.

Les cuisiniers de l'organisme viennent justement de se trouver une nouvelle mission : nourrir les enfants d'une école en milieu défavorisé. Dès mercredi, une soupe nourrissante leur sera servie.

« On a des gens qui vont nous apporter des bols et là-bas, il va y avoir une équipe de bénévoles qui va s'occuper de servir la soupe », explique Caroline Sévigny, cuisinière chez Moisson Estrie.

Une galette de riz pour dîner

Le cri du coeur est venu du directeur de cette école de l'est de Sherbrooke. Il a informé Moisson Estrie que plusieurs élèves n'ont pour diner qu'une galette de riz, un sac de maïs soufflé ou un repas surgelé.

« Lui, il trouvait cela insensé qu'il y ait du gaspillage dans les épiceries et que d'autres ne mangent pas à leur faim », note Mme Côté.

Pour éviter de montrer du doigt les élèves dans le besoin, tous les jeunes de l'école auront droit à une soupe-repas avec beaucoup de légumes et de viande.

Moisson Estrie offre déjà de la viande et des légumes à plusieurs organismes de Sherbrooke et de la région, tels la Chaudronnée et Sercovie. Elle prépare même des repas pour attirer des bénévoles chez Estrie-Aide.

« Ce qui se passe avec les surplus alimentaires, c'est une opportunité incroyable de ramener les gens au travail parce que pour la transformation, ça va créer de l'emploi. Ça va ouvrir la porte à plein de bénévoles. C'est presque un prétexte, la nourriture, pour rallier des gens autour du projet pour les remettre en action, les sortir de l'isolement ».

D'autres écoles ou organismes pourraient bénéficier de ces surplus alimentaires si l'implication du milieu le permet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine