Retour

Redoux et pluie : pas de craintes pour le Grand Prix de Valcourt

À un mois du début des compétitions, les organisateurs du Grand Prix de Valcourt doivent composer avec une météo en véritables montagnes russes. Le passage du froid polaire des dernières semaines au mercure au-dessus de zéro des prochains jours n'inquiète cependant aucunement les artisans de cet événement sportif qui attire chaque année plus de 25 000 amateurs de motoneige.

« Cette année, rapidement, on a bâti un deux pouces de glace en quelques jours », mentionne le responsable de la construction de la piste de glace et vice-président du GPV, Arsène Malenfant.

« C'est la base, c'est grâce à ça qu'on monte l'événement, opine la directrice générale Véronique Lizotte. Plus la base de glace est solide, plus les équipes ont de la facilité par la suite à travailler pour préparer la glace et la neige. »

En tout, il faudra 16 pouces d'épaisseur afin de s'assurer de la qualité de la piste où compétitionneront près de 350 pilotes répartis au sein de huit disciplines.

« Il nous manque peut-être huit ou dix jours pour atteindre cette épaisseur. D'ici le Grand prix, on a une marge de sécurité », estime M. Malenfant.

Plus de 10 000 mètres cubes d'eau sont nécessaires pour constituer l'ovale de glace de 850 mètres de long où tous les pilotes vont s'élancer en février prochain. Étonnamment, le temps doux prévu au cours des prochains jours aidera les organisateurs.

Qu'à cela ne tienne, avec des retombées économiques estimées à 5,5 millions de dollars pour la région, le Grand Prix de Valcourt est un incontournable pour les municipalités environnantes et l'équipe a développé des stratégies pour s'assurer que la pluie ne gâche pas l'événement.

« On crée des tas de neige un peu partout, donc quand il pleut, l'eau glisse sur la neige. Si on l'avait étendue, la neige aurait fondu beaucoup plus vite », fait remarquer Arsène Malenfant.

L'organisation note une augmentation de 12 % dans l'achat des billets en prévente.

« C'est le fun! Les gens sont vraiment en mode hivernal et ça paraît sur nos préventes », se réjouit Mme Lizotte.

Plus d'articles