Retour

Retard dans l'octroi de visas : des producteurs agricoles pourraient perdre leur récolte

Des producteurs agricoles du Québec risquent de perdre une partie de leur production parce que des travailleurs guatémaltèques n'ont toujours pas obtenu de visas du gouvernement fédéral. Heureusement, l'Estrie est épargnée par le problème. 

Le directeur général de la Fondation des entreprises en recrutement de main-d'œuvre agricole étrangère (FERME), Denis Hamel, dénonce la lenteur des démarches administratives. Il croit qu'il faudrait accélérer les demandes des travailleurs étrangers, plus précisément de ceux qui n'en sont pas à leur premier été dans les champs du Québec.

Si Ottawa, n'agit pas rapidement, les producteurs de fraises, de laitue et de canneberges s'exposent à de pertes évaluées à plusieurs millions.

L'Estrie épargnée

La majorité des producteurs de la région sont peu touchés par cette réalité, car ils font plutôt affaire avec des travailleurs de Sherbrooke ou font de l'autocueillette. 

Chaque année, 4300 travailleurs étrangers viennent au Québec, 13 % sont toujours bloqués au Guatemala.

Plus d'articles

Commentaires