Retour

Rite musulman : deux éleveurs de moutons coupables de cruauté animale

Deux éleveurs de moutons de l'Avenir, au Centre-du-Québec, ont été reconnus coupables de cruauté envers les animaux vendredi dernier au palais de justice de Drummondville.

En 2016, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) était intervenu sur la ferme BSC après que Michel Cloutier et son fils aient vendu des moutons qui ont été tués sur place par des musulmans qui participaient à un rituel. Depuis plusieurs années, l'entreprise fournit des animaux à des musulmans dans le cadre de la fête du mouton Aïd el-Adha.

« Moi, je ne me sens pas coupable de rien. Je ne fais pas de cruauté animale, je ne fais que vendre des animaux », s'est cependant défendu Michel Cloutier, qui s'est dit déçu du jugement rendu contre lui et son fils Jonathan Bélanger-Cloutier.

Ces derniers ont été reconnus coupables d'avoir enfreint la Loi sur la santé et le bien-être des animaux et la Loi sur la protection sanitaire des animaux. Ils pourraient devoir payer plus de 100 000 $ d'amende et de frais juridiques.

« Le MAPAQ a insisté sur le fait qu'ils avaient été mal égorgés, mais ils ont été très bien égorgés », explique Michel Cloutier.

« Je pense qu'ils se sont servis de nous pour faire peur aux autres, parce qu'on était les plus gros qui faisaient ça, estime quant à lui Jonathan Bélanger-Cloutier, qui est maintenant seul propriétaire de la ferme. S'ils nous arrêtaient nous, ils pouvaient faire réfléchir les autres. »

Malgré le verdict, les deux hommes entendent poursuivre leur métier, qu'ils assurent exercer selon les règles de l'art.

Plus d'articles