Sears Canada a soumis jeudi une demande à la Cour supérieure de justice de l'Ontario pour se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), et a annoncé la fermeture de 59 magasins au pays, dont celui de Drummondville. Quant à la succursale de Sherbrooke, elle demeure ouverte.

Le directeur général de Commerce Drummond, Guy Drouin, est loin d'être surpris de cette annonce.

« Ça fait déjà quelques années que Sears ne fonctionnait pas bien. On se doutait qu'on en arrivait là. Depuis quelques semaines, dans le milieu, ça se discutait. Ça s'est précité dans les deux dernières semaines. On travaille sur le dossier depuis quelques mois, presqu'un an. On a des clients qui discutent avec WestCliff pour tenter de combler ce local immense désormais vacant »

Des fermetures en série

Sears Canada a expliqué par voie de communiqué que « les pressions continues sur les liquidités auxquelles la Société fait face, ainsi que les anciennes composantes de ses activités, l'empêchent de faire progresser davantage ses efforts et de restructurer ses actifs et ses entreprises de longue date en dehors d'une instance en vertu de la LACC ».

Si la demande de protection est acceptée, poursuit le communiqué, le Groupe Sears Canada s'efforcera de terminer sa restructuration rapidement et espère se dégager de la protection offerte par la LACC dès que possible en 2017.

Peu après l'annonce de sa demande au tribunal, Sears Canada a émis un communiqué indiquant la fermeture de 59 magasins, comprenant 20 emplacements complets, 15 magasins « Sears Home », 10 magasins « Sears Outlet », et 14 magasins « Sears Hometown ». Le moment précis des fermetures de magasins n'a pas encore été déterminé.

59 magasins Sears fermeront bientôt dans 9 provinces :

Le détaillant prévoit également une réduction correspondante de son effectif d'environ 2900 postes dans ses boutiques de détail et à son siège social de Toronto.

Sears Canada compte 17 000 employés au pays répartis dans 167 succursales.

Une situation précaire

Plus tôt jeudi, l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières avait suspendu la négociation du titre de l'entreprise.

Sears Canada avait prévenu la semaine dernière qu'elle avait été incapable d'emprunter autant d'argent qu'elle l'anticipait, ce qui jetait « un doute important sur la capacité de la Société à poursuivre son exploitation ».

L'entreprise avait vu son action plonger à la Bourse de Toronto, à la suite d'un reportage de l'agence Bloomberg indiquant que le détaillant aurait l'intention de se tourner vers les tribunaux pour se protéger de ses créanciers ou entamer un processus de liquidation.

La compagnie avait expliqué qu'elle n'était en mesure d'emprunter que 109 millions des 175 millions de dollars dont elle dit avoir besoin.

Le communiqué précise que Sears demeure aux prises avec un contexte très difficile, des pertes d'exploitation récurrentes et des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation négatifs au cours des cinq derniers exercices, et elle affiche des pertes nettes depuis 2014.

Au premier trimestre, Sears Canada a subi une perte nette de 144,4 millions de dollars ou 1,42 $ par action, comparativement à une perte de 63,6 millions de dollars ou 62 cents par action l'an dernier. Ses revenus trimestriels ont reculé de 15,2 % à 505,5 millions de dollars.

Les ventes des magasins comparables ont augmenté de 2,9 % au premier trimestre par rapport à celles du trimestre correspondant de l'exercice précédent.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine