Retour

Sherbrooke : des jeunes footballeurs sensibilisés aux commotions cérébrales 

Une dizaine de joueurs de football de l'école internationale du Phare de Sherbrooke ont assisté, samedi, à une journée d'information sur les commotions cérébrales.

La clinique était animée par Allen Champagne, un ancien joueur de football au sein du circuit universitaire américain (NCAA) et étudiant à la maîtrise en neurosciences à l'Université Queen's à Kingston, en Ontario.

Allen Champagne se dit « chanceux » de ne jamais avoir subi de commotion cérébrale. Il a toutefois pu constater les dommages que ça peut causer puisque de nombreux de ses collègues ont été touchés par le phénomène.

C'est pourquoi il est selon lui primordial de bien éduquer les jeunes. « À la clinique, on les éduque sur les commotions, on leur dit comment ça arrive, on leur donne des détails de l'anatomie du cerveau et les symptômes. Le football, c'est aussi un jeu d'équipe et il faut reconnaître quand un coéquipier est blessé et qu'il est important, dans ce cas-là, de sortir du jeu ».

La clinique comprend aussi un volet en salle de musculation pour enseigner aux jeunes comment travailler sur la technique et réduire les impacts à la tête.

Prévenir les commotions

Depuis trois ans, l'école internationale du Phare a mis en place des initiatives pour prévenir les commotions cérébrales. L'école obtient de bons résultats, mais il est essentiel de poursuivre la sensibilisation, selon le responsable du programme football, Éric Loignon.

« C'est la blessure non apparente et c'est ce que les jeunes ne comprennent pas. Même avec les parents, aussi, parfois, on a de la difficulté à leur expliquer que ce n'est pas comme un bras cassé. Alors il faut qu'ils comprennent le processus et les dangers », explique M. Loignon.

Cette année, au niveau juvénile, l'équipe de l'école du Phare a dû gérer deux ou trois commotions. Chez les plus jeunes, le compte est à zéro.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine