Retour

Sherbrooke Innopole : un projet d'extraction d'huile de cannabis toujours sur la table pour l'usine Neptune

La fin de la production d'huile de krill ne sonne pas le glas pour l'entreprise Neptune Technologies, à Sherbrooke. L'organisme paramunicipal Sherbrooke Innopole indique que le projet d'extraction d'huile de cannabis à Sherbrooke devrait voir le jour, malgré la fin des activités de l'entreprise.

Une cinquantaine de travailleurs ont appris, cette semaine, qu'ils perdaient leur emploi. La direction de l'entreprise a expliqué que la compétitivité n'était plus au rendez-vous.

Toutefois, la direction soutient qu'il y a bel et bien des projets pour l'usine de Sherbrooke. Rappelons qu'un consortium formé de l'Université de Sherbrooke (pour la recherche), du Groupe Blanchard (pour la production) et de Neptune Technologies & Bioressources sera chargé de l'extraction et de la production d'huile de cannabis aux vertus thérapeutiques, sous la direction de Sherbrooke Innopole.

Neptune tente d'obtenir son permis d'extraction. Deux demandes de licence, une pour l'extraction et l'autre pour la production, ont été déposées en avril dernier. On doit compter entre 18 à 24 mois avant d'avoir une réponse.

« Le projet est bel et bien en route. Nous avons commencé à travailler là-dessus au printemps 2016 [...] Il y a beaucoup d'étapes à franchir avant d'obtenir la licence », indique la directrice générale de Sherbrooke Innopole, Josée Fortin.

Neptune, souligne-t-elle, a d'ailleurs plusieurs projets pour relancer son usine.

« Dans la transaction avec l'entreprise norvégienne, la bonne nouvelle, [c'est que] Neptune ne s'est pas départie de l'usine », rappelle-t-elle.

Des employés recherchés

Josée Fortin affirme que les employés qui ont perdu leur emploi sont d'ailleurs très demandé, puisque la main-d'oeuvre spécialisée est fort recherchée dans la région.

« La journée de l'annonce, on s'est mis en mode proactif, parce qu'on connaît les besoins de nos entreprises, soutient-elle. Je ne pense pas que ces gens-là vont rester sans emploi bien longtemps.

Une quinzaine d'entreprises seraient déjà en contact avec Neptune à ce sujet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un pilote frôle le sol





Rabais de la semaine