Retour

Sherbrooke n'a pas les moyens de cesser de déverser ses eaux usées dans les rivières

À moins d'investir 500 millions de dollars pour refaire en bonne partie son système d'égouts sanitaires, la Ville de Sherbrooke continuera régulièrement de déverser ses eaux usées dans les rivières Magog et Saint-François.

Un texte de Geneviève Proulx

Les eaux pluviales et usées se retrouvent dans le même réseau et sont toutes traitées dans les usines de filtration de la Ville. Lors de fortes pluies, les usines ne peuvent fournir et n'ont d'autre choix que de déverser les eaux dans l'un des 123 points de déversement des rivières Magog et Saint-François.

La situation a été dénoncée plus tôt cette semaine par l'Association de la rivière Magog.

Dans ses cartons, la Ville a un projet de construction de bassins de rétention, dont un sous le stationnement de la Grenouillère au centre-ville, mais selon la présidente du comité de l'environnement, Christine Ouellet, les travaux se feront au rythme où les fonds seront disponibles. « On construit des bassins de rétention régulièrement depuis 20 ans et on continuera de le faire. »

Réaction citoyenne

Des citoyens ont réagi sur la page Facebook d'ICI Estrie à ce sujet. 

« C'est tout à fait compréhensible la réaction des citoyens. Comme élus, ça nous atteint aussi. Quand on ne connaît pas l'ensemble du dossier, l'ensemble du système, c'est normal de réagir comme ça », dit Mme Ouellet. 

Cette dernière rappelle qu'historiquement, il n'y avait pas de système de traitement des eaux usées. Les Municipalités déversaient tout dans les rivières. « Un moment, la Loi sur la qualité de l'environnement a été adoptée et on s'est dit que collectivement, ça n'avait plus de bon sens que d'agir de la sorte. Les Villes ont dû s'installer des stations d'épuration. Malheureusement, nous vivons avec du vieux bâti. Pour changer ces infrastructures souterraines, il en coûterait un demi-milliard de dollars. »

Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, espère que le prochain gouvernement fédéral injectera plus d'argent dans un programme de financement des infrastructures.

Plus d'articles

Commentaires