Retour

Sherbrooke pourrait accueillir de 400 à 500 réfugiés syriens

Alors que le plan d'accueillir 25 000 réfugiés syriens au Canada d'ici la fin de l'année devient de plus en plus concret, le Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC) estime que Sherbrooke pourrait accueillir entre 400 et 500 de ces personnes. 

Un texte de Geneviève Proulx

La directrice du SANC, Mercedes Orellana, a eu des rencontres au cours des derniers jours avec des représentants du ministère de l'Immigration du Québec et la Table de concertation des organismes communautaires qui travaillent auprès des réfugiés et des immigrants. En après-midi vendredi, une rencontre est aussi prévue avec la Ville de Sherbrooke. Lundi, une autre réunion avec le ministère de l'Immigration est à l'horaire.

« Le nombre de personnes, c'est la grosse surprise qu'on attend. On sait qu'il y aura environ 4450 personnes qui seront prises en charge par Québec parce que ça correspond au poids démographique de la province. Comment ces personnes seront distribuées au Québec, on ne le sait pas. Il y a dix villes qui ont été identifiées en plus de Montréal pour les accueillir. On parle de Sherbrooke, de Québec, Gatineau, entre autres. On ne connaît pas tous les détails exacts encore, mais nous estimons que nous pourrions recevoir entre 400 et 500 réfugiés », indique Mme Orellana. 

La ministre des Relations internationales et députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, a refusé toutefois de s'avancer sur des chiffres pour l'instant. Mme Bibeau est d'ailleurs membre d'un sous-comité composé de neuf ministres du gouvernement Trudeau qui aura la tâche de s'assurer que les 25 000 réfugiés syriens attendus au pays d'ici le 1er janvier seront accueillis dans le plus grand respect des considérations de santé et de sécurité. 

L'exemple des Kosovars

Selon Mercedes Orellana, l'accueil de ces réfugiés devrait s'organiser de la même façon que pour les Kosovars en 1999 où 5000 réfugiés avaient été accueillis au pays. « Ils avaient été accueillis par étape. Au départ, ils étaient dans une base militaire où on vérifiait les papiers, leur documentation et où on procédait aux examens médicaux. De là, ils ont été distribués vers les villes d'accueil finales. Je m'attends à ce qu'ils arrivent par groupe, et ce, une fois par semaine, une fois par deux semaines », explique la directrice du SANC.

Le Service d'aide aux Néo-Canadiens a une banque de logements temporaires qui pourraient servir à les héberger. « On pourrait aussi voir avec les communautés religieuses et nous verrons avec la Ville de Sherbrooke pour voir s'ils n'ont pas des ressources locales. Les réfugiés pourraient être hébergés dans des hôtels même. »

L'organisme est en train de faire l'inventaire de ses besoins pour répondre à cette grande demande. « Le ministère nous a dit, nous n'avons pas de confirmation écrite encore, que l'argent sera au rendez-vous au-delà de nos paramètres habituels », dit Mercedes Orellana. 

Selon des informations non officielles, trois à quatre vols transporteraient environ 1000 personnes par jours de la Jordanie vers le Canada. Ces informations n'ont pas été confirmées de sources officielles à Radio-Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine