Retour

Sherbrooke prête à recevoir plus de réfugiés syriens

Le premier ministre Justin Trudeau a réitéré jeudi son ambitieux objectif d'accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici 2016. Si de nombreux observateurs remettent en question la capacité d'accueil du pays, deux organisations installées à Sherbrooke se disent prêtes à relever le défi.

La Croix-Rouge a déjà téléphoné au Service d'aide aux Néo-Canadiens. Elle lui a posé de nombreuses questions sur sa capacité d'accueil. Comme la plupart des réfugiés syriens sont allophones, elle voulait notamment savoir si l'organisme avait une banque d'interprètes.

« C'est le cas parce qu'on gère une banque d'interprètes depuis plus de 20 ans qui dessert aussi la région de l'Estrie, la Mauricie et le Centre-du-Québec », explique la directrice générale de l'organisme, Mercedes Orenalla.

Parrains d'expérience 

L'Église syriaque orthodoxe est l'un de ces points d'ancrage de la communauté syrienne. Depuis 2012, elle a parrainé une quarantaine de familles par année. Même si 2015 a été une année record, l'intégration se déroule comme prévu, soutient le président du comité d'accueil de l'église Saint-Éphrem de Sherbrooke, Alain Haddad.

Le plus gros défi des nouveaux arrivants : apprendre le français.

« C'est des gens qui ont été dans leur pays des professionnels, qui ont eu leur propre commerce. Ce sont des gens qui veulent s'établir ici à cause de ce qui se passe là-bas. Les seuls crimes que ces gens [ont commis], c'est parce qu'ils étaient d'origine chrétienne », rappelle-t-il.

Pour atteindre son objectif de 25 000 réfugiés, le gouvernement envisage d'ouvrir des bases militaires canadiennes afin d'accueillir les réfugiés avant de les rediriger, une nouvelle bien accueillie à Sherbrooke. Selon les intervenants rencontrés, l'important est d'agir le plus vite possible.

Plus d'articles

Commentaires