Retour

 Sherbrooke réévaluera son réglement sur les drones

Interdit d'utilisation dans les parcs municipaux de la Ville de Sherbrooke depuis le début de l'été, les drones pourraient bien se remettre à y voler dans un avenir rapproché.

Les élus de Sherbrooke se sont engagés mardi à revoir le règlement adopté au mois de juin qui empêche l'envol de drones à des fins récréatives sur les terrains de la Ville. Le règlement actuellement en vigueur interdit le décollage et l'atterrissage de tous les types de drones dans les parcs municipaux. Devant les arguments de William Levasseur, propriétaire de Pixel Nord, les élus ont accepté de revoir les règles qui encadrent l'utilisation de ces appareils.

« On a fait des publicités pour le Grand cru, pour l'Orford Express, pour l'Université de Sherbrooke... donc toutes les circonstances où il y a un plan large à faire d'une ville ou d'un bâtiment ou d'un bateau, par exemple, ça peut servir. C'est un des outils qu'il y a dans notre trousse. C'est une autre caméra, sauf que celle-ci, elle vole », explique William Levasseur.

« Je peux vous confirmer qu'il y aura une révision du règlement », a déclaré le conseiller et président du comité de la sécurité publique à la Ville de Sherbrooke Marc Denault.

« On ne propose pas de faire opérer ça près des enfants ou d'empêcher les gens d'utiliser les parcs. Pour nous, c'est parce que les parcs représentent souvent la porte d'entrée pour les lacs et les rivières. Le lac des Nations, à Sherbrooke, est presque bordé de parcs tout le tour, donc ce qu'on demande, c'est un petit coin sur le bord de l'eau, une petite zone de sécurité pour pouvoir décoller et survoler le lac. »

M. Levasseur espère que son intervention permettra d'assouplir le règlement afin qu'il puisse continuer à produire des vidéos pour le compte de ses clients sans trop de contraintes.

« Un peu de latitude. On ne veut pas des cowboys qui utilisent des machines comme ça dans les parcs quand il y a des enfants autour. Ce qu'on veut, c'est un peu de latitude pour les opérateurs qui détiennent un certificat de Transport Canada, qui ont des assurances, qui sont responsables et qui ont fait leurs preuves », a jouté M. Levasseur.

La Ville doit revenir sur ce dossier au cours des prochains mois.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine