Se rassembler, être ensemble et partager un moment. C'est ce dont avaient besoin jeudi soir la centaine de personnes rassemblées devant le bar L'Otrezone à l'invitation du GRIS Estrie. Revivez la veillée avec ceux qui y étaient.  

Un photoreportage de Christine Bureau et Daniel Mailloux

PIERRE McCANN, DIRECTEUR GÉNÉRAL DU GRIS ESTRIE

« C'était vraiment intense. Puissant. Beaucoup, beaucoup d'émotions. Nommer les victimes, l'âge, j'avais personnellement hâte que ça finisse. C'est venu me chercher. En même temps, je pense que ça va peut-être nous aider à passer à autre chose. »

JOSUÉ SOARES, 15 ANS

« C'est touchant de voir qu'autant de gens peuvent être rassemblés pour la même raison, être soutenus, être main dans la main. Parce qu'on est tous pareils en fait, et on est tous nés pour la même raison : vivre et être ce qu'on est. »

UNE MINUTE DE SILENCE SOUS LE SIGNE DE LA PAIX

KARINE PERREAULT, ANCIENNE SERVEUSE À L'OTREZONE

« J'ai trouvé ça extraordinaire. C'était vraiment bien organisé. Le ton était juste. C'était exactement ce que ça devait être. C'était parfait. On sentait l'émotion dans l'air, la solidarité, l'amour. »

HOMMAGE AUX 49 VICTIMES

Messages à la craie, bougies, photos des victimes : l'heure était au recueillement. 

FLORIAN MEYER ET PHILIPPE MARCOTTE, INTERVENANTS AU GRIS

F.M. « C'était très touchant, je dois l'avouer. Entendre les noms de tout le monde, c'est bouleversant parce qu'on se connecte tous à ces gens-là, aux proches. » 

P.M. « C'était émotif, touchant. Ça nous fait penser à notre sécurité, à ce qu'on vit. Ça aurait pu nous arriver à nous, à nos proches. »

SOPHIA SAADA, 13 ANS

« Je veux défendre les homosexuels. Je trouve ça con qu'il y ait autant de guerres dans le monde à cause de la religion, du genre qu'on est, ou juste à cause de la couleur de peau qu'on a. »

DOUCE SOLIDARITÉ 

Des bougies ont été allumées durant la veillée. Plusieurs arboraient le drapeau arc-en-ciel; sur leurs vêtements, leurs joues, sur leur poignet.

BRIGITTE CÔTÉ, MEMBRE DU CA DU GRIS ESTRIE & CHANTALE BOUCHARD, CITOYENNE

B.C. « Je pense que c'est vraiment l'énergie, c'est ça qui ressort. Il y avait quelque chose de fébrile. De la peine oui, mais en même temps de l'amour qui était là et je pense que c'est vraiment le plus important. »

C.B. « La minute de silence m'a beaucoup touchée. C'est de petits moments magiques, uniques. Je crois beaucoup que l'énergie qui se dégage de ça, ça fait juste un petit peu plus de bien dans le monde

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine