Retour

Sherbrooke veut freiner la croissance de la berce du Caucase

La Ville de Sherbrooke poursuit sa lutte contre la berce du Caucase, une plante envahissante dont la sève peut provoquer de graves brûlures. Une firme spécialisée vient d'être mandatée pour freiner sa croissance.

« À ce temps-ci de l'été, une partie des plantes ont fait des fleurs qui deviennent des graines et ça risque de partir un nouveau foyer d'invasion, étant donné que c'est une plante très, très envahissante », explique le président de Gestion Sève, Nicolas Trottier.

La principale partie de son mandat donné par la Ville consiste à caractériser les plants qui se retrouvent sur le territoire sherbrookois pour tenter de maîriser leurs réserves de graines.

Depuis les dernières semaines, environ sept sites où la plante est présente ont été répertoriés. Elle se trouve surtout sur des terrains résidentiels et dans quelques fossés routiers.

Ceux qui se frottent à sa sève blanche risquent de se brûler au deuxième ou au troisième degré. Les symptômes apparaissent durant les 24 heures suivant le contact et réagissent aux rayons UV. Il est donc important, si la peau a touché à la sève, de se réfugier à l'ombre et de se nettoyer immédiatement.

Un travail de longue haleine

Nicolas Trottier admet que la berce du Caucase, à l'instar de plusieurs autres espèces envahissantes, est difficile à maîtriser. 

« C'est une entreprise à très long terme parce que la plante a un réservoir de graines qui peut excéder trois ans », souligne-t-il. Les graines restent alors à l'état de dormance et peuvent revenir la troisième année.

Il existe différentes méthodes pour éradiquer la berce du Caucase, explique M. Trottier, mais il faut prendre en compte certains facteurs avant d'agir, comme leur emplacement. Il est ensuite possible, par exemple, de planter des espèces compétitives tout en assurant un suivi en parallèle.

Mais selon l'expert, le meilleur moyen de maîtriser la croissance de cette espèce envahissante est encore le signalement. Les citoyens sont d'ailleurs invités à appeler la Ville dans le cas où ils en retrouvent sur son territoire.

Berce du Caucase ou berce laineuse? 

La berce laineuse est une espèce indigène facile à confondre avec la berce du Caucase. Or, contrairement à cette dernière, sa sève n'est pas dangereuse. Voici comment les différencier :

Le dessous de la feuille de la berce du Caucase est lisse alors qu'il y a du poil sur la berce laineuse.

La feuille de la berce du Caucase peut atteindre jusqu'à un mètre de large. Elle est beaucoup plus grande que celle de la berce laineuse.

La tige de la berce du Caucase est parsemée de taches rouges.

La berce du Caucase, au Québec, peut atteindre jusqu'à cinq mètres. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine