Retour

Situation de crise aux soins intensifs de l'Hôpital de Granby

Quatre des huit lits de l'unité de soins intensifs de l'Hôpital de Granby sont fermés depuis lundi après-midi en raison d'un manque de personnel.

« C'est du jamais vu pour le centre hospitalier de Granby de fermer des lits aux soins intensifs. C'est une clientèle qui est vulnérable. Nous n'avons que huit lits. De détourner des ambulances avec des patients instables au niveau cardiaque, c'est risqué », rappelle la présidente du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l’Est, affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ-SPSCE), Sophie Séguin.

Certains patients ont été installés sur d'autres étages ou encore transférés vers une autre unité de soins intensifs comme à Sherbrooke. « On n'était pas au courant de la situation. On l'a appris par les médias! », déplore-t-elle.

Ce qui complique les choses, c'est que les infirmières de cette unité sont spécialisées. On peut donc difficilement déplacer les infirmières d'une unité à l'autre.

Selon la direction du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, l'objectif de cette décision est d'assurer la qualité des services, mais surtout la sécurité des patients. « Il s'agit d'une situation tout à fait exceptionnelle », a-t-on dit par courriel. Les demandes d'entrevue officielles ont été refusées prétextant qu'un communiqué sera envoyé plus tard en journée.

Le 14 février, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS a mis en place des mesures exceptionnelles pour soutenir quatre hôpitaux confrontés à un important achalandage des urgences. Toutefois, à l’Hôpital de Granby, on vit encore d'importantes difficultés. D'ailleurs, mardi matin, le taux d'occupation de l'urgence était de 150%.

Les ambulances ont aussi été détournées pendant quelques heures lundi.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards