L'organisme Memphrémagog Conservation vient de terminer une prise de mesure de la profondeur de la baie Fitch, sur le lac Memphrémagog. Ce sera la première fois que l'organisme aura une carte aussi précise de la baie et un meilleur outil pour la protéger.

L'initiative vise à mettre à jour les cartes de la baie pour connaître les zones les plus profondes et mieux délimiter la zone où la pratique du wake surf est autorisée. Des bouées pour délimiter le périmètre devraient être installées sous peu.

« Si on le permet trop proche de la rive, il risque d'y avoir de l'érosion », explique Louis-Philippe Cyr, coordonnateur de la patrouille pour Memphrémagog Conservation.

« Si la profondeur n'est pas assez grande, il pourrait aussi y avoir également la remise en suspension des sédiments. Ça pourrait être nocif parce qu'on remet du phosphore disponible pour les plantes aquatiques. Il y aurait une augmentation des plantes aquatiques », ajoute M. Cyr.

Avec une hydroballe, l'organisme Memphrémagog Conservation étudie la baie Fitch. Il s'agit du parfait endroit de villégiature, mais surtout, d'une zone particulièrement sensible du lac Memphrémagog.

« La bouée envoie des ondes, puis dépendamment de la profondeur à laquelle l'onde se rend puis est retournée, ça va déterminer la profondeur », précise Gabriel Provencher-Farand, stagiaire pour l'organisme.

« Étant donné que c'était auparavant un milieu plus humide, le niveau de l'eau a augmenté, et ça a permis la construction de plusieurs chalets autour de la baie », insiste Louis-Philippe Cyr.

La bathymétrie est la science de la mesure des profondeurs et du relief de l'océan pour déterminer la topographie du sol de la mer. La dernière opération du genre a eu lieu en 2012.

Les données recueillies seront ensuite analysées par le Service hydrographique du Canada, qui produira une carte extrêmement précise de la baie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine