Retour

Station-service à Ascot : les citoyens n'y peuvent rien

Les citoyens qui s'opposent à l'implantation d'une station-service à l'angle des rues Dunant et Thibault dans le secteur Ascot sont revenus à la charge lundi soir auprès des élus de Sherbrooke pour demander une fois de plus l'arrêt de ce projet. Ils ont fait face à une fin de non-recevoir.

Il s'agissait de la quatrième tentative des citoyens à l'hôtel de ville de Sherbrooke sans compter les nombreuses actions de visibilité tenues pour dénoncer l'avancement de ce projet. Le porte-parole du groupe Jean-Guillaume Marquis a insisté sur le fait que les travaux étaient peu avancés ce qui faisait en sorte selon lui qu'il était encore possible de reculer.

M. Marquis estime que la Ville dispose de plusieurs options afin de trouver un terrain d'entente qui respectera la vie résidentielle dans ce secteur et les volontés du promoteur. « Vous pouviez racheter le terrain, échanger un nouveau terrain contre celui-ci ou encore soutenir un projet résidentiel. Il y a plusieurs options, mais vous ne les considérez même pas », a jouté M. Marquis qui a souligné au passage qu'à quelques mois des élections municipales le moment serait bien choisi pour être à l'écoute de la population. « Vous avez la possibilité de regagner le respect de tout un quartier alors qu'allez-vous faire à court terme? »

Le maire de Sherbrooke a répondu aux citoyens qu'il était hors de question de racheter ce terrain. « Le propriétaire de ce terrain a des droits et il s'est prévalu de ces droits. Oui nous pourrions racheter ce terrain, mais le prix à l'expropriation serait démesuré par rapport au marché », a justifié Bernard Sévigny.

Rappelons que le promoteur envisage de construire une station-service adjacent à un dépanneur.

En juin dernier, le maire a expliqué aux citoyens que le possédait un droit acquis sur ce terrain zoné résidentiel en vertu de l'adoption du règlement 1200 qui uniformise le zonage des anciennes villes fusionnées, mais que le permis de construction pour la construction d'une station-service a été délivré avant son entrée en vigueur. Le terrain était zoné commercial sous l'ancienne ville d'Ascot, ce qui fait que Sherbrooke n'a plus aucun pouvoir.

Plus d'articles

Commentaires