Retour

Sudation mortelle : Gabrielle Fréchette renvoie son avocat

Volte-face, vendredi matin, dans le dossier des trois individus accusés d'avoir mené au décès de Chantal Lavigne après une expérience de sudation à Durham-sud en juillet 2011. Gabrielle Fréchette a annoncé qu'elle ne sollicitait plus les services de son avocat, Me Denis Lavigne.

Un texte de Geneviève Proulx

Gabrielle Fréchette et ses collègues, Ginette Duclos et Gérald Fontaine, ont été reconnus coupables de négligence criminelle causant la mort en décembre dernier. Les audiences pour les observations sur la peine devaient avoir lieu vendredi matin. La femme de 57 ans prétend avoir perdu la confiance de son avocat.

Par conséquent, la Couronne dit ne pas pouvoir aller de l'avant avec les observations sur la peine avant le 2 décembre prochain.

Pour le père de la victime, Raymond Lavigne, il s'agit là d'une manoeuvre pour gagner du temps. « Elle est arrivée en pleurant avec des larmes. Moi, ça ne me fait pas de la peine quand elle pleure. C'est plutôt à moi de pleurer. Moi, j'ai perdu ma fille. Ce n'est pas normal des affaires de même. Elle joue son jeu. Elle veut étirer son temps. Elle a renvoyé son avocat la veille, ce n'est pas fort », dit-il. 

Chantal Lavigne, 35 ans, a succombé à un coup de chaleur et à une insuffisance multiviscérale. Le traitement de sudation auquel elle participait consistait à s'enduire de boue et de pellicule de plastique avant de s'encaisser dans du carton.

Plus d'articles

Commentaires