Retour

Témoignage d'un Sherbrookois à sa sortie du Stade de France

Le Sherbrookois d'origine Marc-Étienne Ouimette était à l'intérieur du Stade de France quand ont retenti les déflagrations.

Un texte de Christine Bureau

Sans pouvoir imaginer ce qui se passait à l'extérieur, tous les amateurs de soccer ont continué à regarder le match. Ce n'est que vers la fin que l'information a commencé à circuler grâce à des textos envoyés par leurs proches. 

« C'est bizarre parce que c'est relativement normal dans un stade de soccer européen d'entendre des pétards ou des bombes à fumées, alors on se demandait sur le coup si c'était ça », raconte-t-il. 

Pour lui comme pour les autres, ce n'était pas clair qu'ils étaient dans une situation de danger immédiat. Il s'est néanmoins rendu compte que quelque chose clochait vers la mi-temps quand il a voulu se rendre aux toilettes et que tout était bloqué. 

À la fin de la partie, il a réussi à quitter les lieux, alors que la plupart des autres spectateurs ont dû rester à l'intérieur du stade. « On a profité d'une courte ouverture », constate-t-il. 

Ce qui l'attendait à l'extérieur? Beaucoup de policiers, mais là encore, tout se déroulait dans le calme. « J'ai déjà travaillé dans des zones de guerre dans le passé et j'ai trouvé que la situation était super bien contrôlée et que les autorités semblaient en contrôle de la situation. Ça amenait une certaine assurance », soutient-il. 

Reste qu'il a bien hâte de retrouver sa conjointe, en sécurité, mais coincée dans un restaurant du 10e arrondissement avec leur nouveau-né, âgé de deux mois. « Ce n'est pas quelque chose qui m'est passé par la tête, comme un risque [qui aurait pu arriver] », admet-il. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine