Retour

Temps difficiles pour les producteurs de canneberges québécois

Les producteurs de canneberges québécois continuent de vivre des années difficiles. Malgré le beau temps qui leur a souri tout l'été, le prix qu'ils obtiennent pour leurs petits fruits reste extrêmement bas.

« Cette année, ce sont des conditions pas faciles, car à 10-12 cents la livre, le coût de production n'est pas couvert », explique le directeur de l'exploitation Canneberges Bécancour, Luc Decubber.

Même si la chute du dollar canadien avantage les producteurs, ce n'est pas suffisant. Plusieurs craignent de ne pas pouvoir couvrir leurs coûts de production à cause de l'abondance du petit fruit sur les marchés. Une situation qui résulte des récoltes abondantes, mais aussi du changement d'habitude des consommateurs.

« Certains producteurs vont mieux s'en tirer, car ils ont connu de bonnes années, mais ceux qui ont commencé en 2012 et après, ils vont avoir de la difficulté à passer à travers cette année », fait remarquer la directrice générale de l'Association des producteurs de canneberges du Québec, Monique Thomas.

La province compte en tout 81 producteurs canneberges, dont la plupart sont regroupés dans le Centre-du-Québec. Pour survivre, ils misent surtout sur la recherche et le développement de nouveaux marchés, comme la Chine. Le récent accord de libre-échange avec l'Union européenne crée aussi une lueur d'espoir.

« Avec l'accord de libre-échange annoncé avec l'Europe ça va faire en sorte qu'il y a aura 18 % de tarifs de moins qui vont être prélevés », souligne-t-elle.

De bonnes récoltes malgré tout

Comme la canneberge craint les extrêmes, le bel été qu'a connu le Québec a créé les conditions idéales pour développer un fruit de qualité. « La qualité est exceptionnelle. On a eu une bonne saison, un bel été sans variation de température avec des limites acceptables », résume Luc Decubber. 

Le constat est le même pour l'ensemble des producteurs de canneberges, se réjouit Monique Thomas. 

« Du beau temps jumelé aux journées ensoleillées et au travail des abeilles qui ont fait leur travail; tout cela fait que l'on s'attend à une récolte abondante », souligne-t-elle. 

Plus d'articles

Commentaires